Ford Genk: une demande d'heures supplémentaires suscite des remous

Pour l'entreprise, il s'agit de résorber un arriéré de production après une panne dans un atelier de peinture. Il faut rattraper le retard, mais la demande de la direction passe mal auprès d'une partie des travailleurs. Ils ont l'impression qu'on presse le citron jusqu'à la dernière goutte alors que l'usine doit fermer ses portes à la fin de l'année. Les travailleurs devront par ailleurs travailler entre Noël et Nouvel an.

"Nous serons à la rue en janvier", disent-il, "et on nous demande d'en faire plus, c'est un manque de respect! ".

D'autres travailleurs y voient plutôt une opportunité. Celle de gagner un peu plus et ainsi d'épargner un peu en vue de la fermeture.

Ce n'est pas la première fois que Ford demande à ses travailleurs de faire des heures supplémentaires. Elles ne sont pas obligatoires mais elles ont ici un goût un peu particulier.

 

C.B. avec A. Meeus

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK