Ford Genk: la Commission propose 6,2 millions pour les ouvriers licenciés

Les employés licenciés de Ford Genk pourraient bénéficier d'une aide à l'emploi cofinancée par la Commission européenne
Les employés licenciés de Ford Genk pourraient bénéficier d'une aide à l'emploi cofinancée par la Commission européenne - © Belga

Près de 4500 travailleurs licenciés par Ford Genk et ses sous-traitants en 2014 pourraient bénéficier du soutien du Fonds européen d'ajustement à la mondialisation à hauteur de 6,2 millions d'euros afin de retrouver un emploi, propose mardi la Commission européenne.

La Belgique a introduit une demande d'intervention du Fonds européen d'ajustement à la mondialisation (FEM) après la fermeture de l'usine automobile Ford à Genk (Limbourg) ce qui a mené au licenciement de 5111 travailleurs en 2014 par l'entreprise elle-même et par 11 autres entreprises sous-traitantes. La Commission européenne juge que 4500 anciens travailleurs pourraient être accompagnés pour retrouver un emploi grâce à des aides individuelles (conseils, bourses à l'emploi), des formations et des primes. Il est estimé que les coûts des mesures de remise à l'emploi s'élèvent à 10,4 millions d'euros, dont 6,2 millions d'euros pourraient être pris en charge par le FEM, propose l'exécutif européen.

Le Parlement européen et le Conseil des ministres de l'UE doivent encore donner leur approbation à ce montant. "La proposition d'intervention du FEM permettrait aux travailleurs licenciés de se préparer à de nouveaux emplois et de les accompagner dans cette phase difficile", a expliqué la commissaire européenne belge Marianne Thyssen, chargée de l'Emploi, soulignant encore que "la production automobile européenne a fortement reculé au cours des dernières années et l'industrie automobile procède à des mutations structurelles pour faire face à la mondialisation". Le FEM est déjà intervenu par deux fois dans la province de Limbourg suite à des licenciements collectifs par Ford Genk en 2013 (570 945 euros pour 479 travailleurs) et en 2009 dans le secteur textile (9,2 millions d'euros pour 2168 travailleurs).

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK