Flandre: des horaires de travail à la carte pour employés divorcés

Illustration: soins à domicile
Illustration: soins à domicile - © AFP

Une entreprise flamande propose à ses employés divorcés un contrat à la carte en fonction de la garde de leurs enfants. Ils pourront choisir de travailler moins d'heures la semaine où les enfants sont chez eux et plus d'heures la semaine où ils sont chez l'autre parent.

L'idée vient d'un des plus gros employeurs de Flandre: Familiehulp emploie 12 000 personnes dans le Nord du pays, des aides-soignants et à domicile. 

La société souhaite encore engager 200 personnes dans les mois à venir. Problème, elle ne peut pas attirer les candidats avec des voitures de société ou des téléphones portables.

Elle a donc décidé d'offrir un autre type d'avantage. Vu le nombre de parents divorcés, Familiehulp propose de leur concocter un contrat sur mesure: la semaine où le parent a ses enfants, il peut relâcher la pression, travailler 16 heures maximum pour s'occuper de son bambin et la semaine où les enfants sont chez l'autre parent, retour à une semaine normale de 38 heures.

Le contrat va plus loin et s'adapte aussi aux vacances.

Les parents divorcés ne seront pas les seuls avantagés

Familiehulp travaille aussi à deux autres type de contrats: le contrat "journée d'école", qui règle les heures de travail sur les heures d'école et le contrat "année scolaire", qui stipule à l'avance que l'employé travaillera moins durant les congés scolaires.

Du côté de l'Unizo, l'Union flamande des indépendants flamands, on est mitigé. Karel Van Eetvelt, de l'Unizo: "Pour les grandes entreprises qui peuvent faire passer du personnel d'un service à l'autre, ce n'est pas un problème. Pour les plus petits employeurs, par contre, c'est moins facile."

Pierre-Yves Meugens

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK