Fin du roaming: de lourdes pertes pour les opérateurs, mais pas d'augmentation annoncée pour le consommateur

Attention, chasser le Pokemon à Sydney (hors Europe) n'est pas couvert par la gratuité du roaming.
Attention, chasser le Pokemon à Sydney (hors Europe) n'est pas couvert par la gratuité du roaming. - © AFP

Proximus, Orange, Base, les opérateurs téléphoniques ont perdu pas mal d'argent avec la fin des frais de roaming en Europe. Ils s'y attendaient, mais à l'heure des comptes, il y a un fameux trou: des millions d'euros de perte pour ces opérateurs.

Pour le consommateur, la fin du roaming est évidemment une bonne chose: le même prix pour appeler, où qu'on soit en Europe, ça nous fait des économies. Mais cette différence de tarif, ce sont les opérateurs qui aujourd'hui qui la paient.

Quand vous allez en France, ça coûte toujours plus cher à votre opérateur lorsque vous surfez ou téléphonez, car il doit payer à l'opérateur local des frais d'interconnexion. Des surcoûts que votre opérateur ne peut plus répercuter sur la facture.

L'opération va dans les deux sens: Proximus (comme Base et Orange) fait payer des frais pour les étrangers qui consomment chez nous, et récupère ainsi de l'argent, mais Dominique Leroy, la directrice générale, a fait les comptes: il y a plus de clients belges qui consomment à l'étranger que d'étrangers qui utilisent son réseau...et il y a donc un fameux manque à gagner pour Proximus: "On est à plus de 20 millions d'euros de frais de roaming qui ont pu être épargnés par les clients, mais qui impactent aussi nos résultats".

Compenser par l'augmentation du nombre de clients et de la consommation

Les pertes sont estimées à 20 millions rien que cet été pour Proximus, et on parle de 61 millions en tout à la fin de l'année. Idem chez Orange, avec 14 millions de perte cet été. Le groupe estime à 5% de leur chiffres d'affaires la perte en fin d'année.

Proximus a augmenté au même moment ses tarifs d'abonnement, mais tout en augmentant le volume de data: ils affirment qu'ils récupéreront autrement les sommes perdues. "On essaie de diminuer nos coûts de fonctionnement, et il y a une augmentation, à la fois du nombre de clients qui ont choisi Proximus, et de la consommation".

Même stratégie chez Orange, qui compte aussi sur l'augmentation des consommations et des clients pour compenser ces pertes. Orange promet qu'il n'y aura pas d'augmentation sur la facture du consommateur. A surveiller donc dans les prochains mois...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK