Faillite de MS Mode en Belgique où la chaîne emploie 220 travailleurs

Les activités de MS Mode en Belgique n'étant pas reprises dans la transaction rendue publique le 8 septembre par les curateurs néerlandais de la chaîne de magasins de vêtements spécialisée dans les grandes tailles, la société va devoir faire aveu de faillite en Belgique où elle compte 46 magasins et 220 travailleurs, a annoncé l'entreprise dans un communiqué.

"Le 8 septembre dernier, les curateurs néerlandais ont fait savoir que MS Mode allait prendre un nouveau départ aux Pays-Bas et dans certains autres pays, après la faillite. GA Europe, spécialisée dans la restructuration des entreprises de commerce de détail, élabore actuellement des plans qui doivent assurer que les parties reprises de MS soient saines sur les plans financier et opérationnel. La Belgique ne fait toutefois pas partie de l'opération de reprise", ce qui contraint le conseil d'administration de MS Mode Belgique SA à faire aveu de faillite "dans les prochains jours", a précisé le groupe qui ne souhaite pas s'exprimer pour le moment.

"Des éclaircissements à propos de l'avenir de MS Mode en Belgique devraient bientôt être donnés", a ajouté l'entreprise selon laquelle "il n'est pas exclu que MS Mode reste présente en Belgique sous une forme adaptée". "De plus amples informations suivront, en concertation avec les curateurs", a-t-elle conclu.

Craintes pour l'avenir

Du côté des syndicats, on s'interroge sur cette éventuelle "forme adaptée" et l'on ne cache pas ses craintes pour l'avenir. "Ce jeudi matin, au cours d'un conseil d'entreprise, la direction nous a assuré qu'un candidat repreneur s'était déjà manifesté. Concrètement, il s'agit du même investisseur qu'aux Pays-Bas - Roland Kahn - qui, visiblement, préfère attendre que le bateau sombre avant de relancer l'activité et ainsi éviter des procédures comme la loi Renault", a expliqué Yves Flamand (SETCa).

"Nous avons l'impression d'être dans un mauvais film et le personnel a peur que le repreneur ne relance un 'MS Mode Bis' dans quelques mois, avec moins de travailleurs, moins de magasins et une convention collective moins avantageuse", a poursuivi le représentant du syndicat socialiste.

Selon ce dernier, l'audience durant laquelle la faillite devrait être demandée aura lieu la semaine prochaine. "On verra ce que le tribunal de commerce pense de ce genre de construction", a conclu Yves Flamand.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK