Face aux sites en ligne, les magasins traditionnels vont devenir un "commerce de plaisir"

Benoît De Saedeleer, responsable Strategy & Innovation chez Altavia-Act: "Pour les consommateurs, c’est toujours le prix qui compte le plus."
Benoît De Saedeleer, responsable Strategy & Innovation chez Altavia-Act: "Pour les consommateurs, c’est toujours le prix qui compte le plus." - © Tous droits réservés

Pour la deuxième année consécutive, Altavia AC publiait cette semaine les résultats de son "Retail Barometer", un indicateur de la grande distribution, qui mesure la qualité des liens entre enseignes et clients. Son responsable Strategy & Innovation fait le point sur les attentes des clients belges en matière de consommation.

"Pour les consommateurs, c’est toujours le prix qui compte le plus. Même si le prix était prédominant auparavant, les autres valeurs le rattrapent. Le choix commence par exemple à talonner le prix, voire le dépasser", explique Benoît De Saedeleer, responsable Strategy & Innovation chez Altavia-Act, dans l’émission Week-end Première.

Il nuance toutefois : les consommateurs veulent avoir le choix, mais également se faire aider dans leur choix, notamment à l’aide d’avis d’autres consommateurs.

Commerce de plaisir

L’arrivée de géants de la vente en ligne comme Amazon ou Zalando a changé le visage du commerce. Benoît De Saedeleer compare : "Le commerce traditionnel va devenir un "commerce de plaisir", avec un conseil plus humain. Le commerce en ligne va devenir un commerce plus axé sur le côté pratique. Il est plus simple de commander en ligne des objets lourds, comme les paquets d’eau et les croquettes pour chiens".

Les magasins high tech et les librairies ont par ailleurs subi beaucoup plus rapidement les conséquences de l’essor des sites de vente en ligne que d'autres secteurs.

L’humain comme valeur ajoutée

D’après Benoît De Saedeleer, le conseil humain et la relation humaine reviennent à la mode : "Dans un monde de plus en plus connecté, il y a un besoin de se reconnecter aussi avec les humains et d’envoyer balader son smartphone."

On constate également une prise de conscience sur les métiers de l’empathie, des formations en entreprises sont organisées pour que le personnel développe leurs. "On passe d’un commerce de face à face à un commerce de côte à côte", indique le responsable Strategy & Innovation chez Altavia-Act. Selon lui, le côté humain qui reste la valeur ajoutée par définition des enseignes historiques.