Fabien Pinckaers (Odoo) est le manager de l'année 2020

L’année commence bien pour le patron et fondateur d’Odoo. Fabien Pinckaers, qui succède à Yvan Vergoustraete, vient d’être désigné Manager de l’année 2020.

A 41 ans, Fabien Pinckaers préfère parler en "nous" plutôt qu’en "je" pour répondre aux questions. C’en est à se demander si quand il réagit à chaud par "un succès d’équipe avant tout", il s’agit des traditionnels remerciements symboliques aux équipes, ou de véritable humilité.

Je ne me considère pas comme un manager.

En tout cas, quand on lui demande quel style de management il incarne, il n’hésite pas : "Je ne me considère pas comme un manager. Je ne pense pas que je gère des gens. Au contraire, je travaille avec eux, pour que les choses fonctionnent".

Ma première idée a échoué. Ma deuxième idée a échoué, idem pour la troisième.

Et la réussite de son entreprise est évidente. Avec des revenus qui atteignent les 100 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2020 – dont 80% sont basés sur des abonnements, et donc récurrents, la société basée à Ramillies, dans le Brabant Wallon, compte aujourd’hui plus de 1100 employés dans le monde – dont plus de 500 en Belgique. L’activité ? Vendre des applications de gestion pour les PME.

Doublement du personnel en un an

Comptabilité, RH, traitement des factures,…le marché de la digitalisation des entreprises (de l’allègement de leur charge administrative par le digital) est-il justement en train d’exploser depuis l’irruption du Covid ? Odoo a en tout cas déjà annoncé l’embauche de 1000 personnes supplémentaires en 2021 – dont 500 en Belgique. Un doublement du personnel en un an, rien que ça.

"Seulement" 54% de croissance en 2020

"C’est avant tout du travail, bien plus qu’une idée. Ma première idée a échoué. Ma deuxième idée a échoué, idem pour la troisième. Et ensuite, à force de travail et d’essais on est arrivés à quelque chose de bien".

On ne fait pas de grandes choses sans grandes difficultés.

Ce "quelque chose de bien" qu’évoque Fabien Pinckaers a connu une croissance "de seulement" 54% en 2020 – de quoi rendre vert de jalousie la plupart des entreprises belges. Et pour l’explosion potentielle du marché, nous repasserons… mais peut-être pas dans très longtemps. Le CEO assure que le meilleur arrive :

"On ne voit pas encore l’explosion. En 2020, on aurait dû faire mieux, et l’on pense qu’on va faire mieux. La crise nous a ralenti. Ce qui est sûr c’est qu’il y a du changement, des moyens existants – il y a de l’argent sur les marchés, et que ce changement est bon pour nous. La demande sur Odoo va fortement augmenter."

Un PC, un kot, des examens

Celui qui a créé son entreprise en 2004, TinyERP, puis OpenERP,…qui finira par devenir " Odoo ", alors qu’il est encore aux études – "dans mon kot, sur mon ordinateur, avec les premiers collaborateurs, pendant que je faisais mes examens", n’hésite pas à aborder les difficultés du parcours entrepreneurial :

Les années au bord de la faillite

"Les sept premières années, je n’ai pas pris de vacances. J’ai travaillé 14 heures par jour, sept jours sur sept. Les débuts ont été très difficiles. J’étais étudiant et suis parti de rien. Aujourd’hui, lorsque les gens regardent Odoo, ils se disent peut-être que c’est facile, parce que l’entreprise explose, que nous sommes 1000, bientôt 2000.

Mais la réalité c’est que sur les 20 dernières années, nous avons passé 6 ou 7 ans au bord de la faillite. On ne fait pas de grandes choses sans grandes difficultés".

Odoo est aujourd’hui considéré comme une des seules – voire la seule – pépite wallonne du numérique.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK