F-35: Lockheed "tiendra ses promesses" de retombées économiques faites à la Belgique

Lockheed Martin tiendra sur le long terme toutes les promesses de retombées économiques faites à la Belgique dans le cadre de l'achat de 34 avions de combat furtifs F-35, ont assuré mercredi deux hauts responsables de ce groupe américain de défense et de sécurité, comme en réponse aux inquiétudes des industriels belges qui se plaignent régulièrement "de ne rien voir venir".

"Les partenariats en Europe sont essentiels au succès du F-35", a affirmé la vice-présidente de Lockheed Martin pour l'aéronautique, Michele Evans, lors d'une rencontre avec quelques journalistes en marge du Salon du Bourget, près de Paris.

Elle a rappelé que 25% de la valeur de chaque F-35 étaient "produits en Europe" par 652 sous-traitants dans 26 pays, ce qui représente plus de 20.000 emplois. "Ces nombres vont croître", a ajouté Mme Evans en soulignant que les quelque 800 Lightning II qui seront basés en Europe auront besoin de soutien logistique, d'entretien et à terme de modernisations au fur et à mesure de l'émergence de nouveaux développements technologiques.

"Nous remplirons nos obligations dans chaque pays" clients de cet appareil, a assuré un autre vice-président de Lockheed Martin (LM), Richard Edwards.

"Lockheed Martin n'est pas une entreprise qui dit 'nous allons faire tout cela' et ensuite ne rien donner", a-t-il dit en réponse à une question de l'agence Belga.

"Cela se passe dans le monde. Cela ne se passera pas avec nous", a promis Richard Edwards.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK