Ethias, un groupe qui compte dans le paysage des assurances

Anciennement la SMAP jusqu'en 2003, la Société Mutuelle des Administrations Publiques, Ethias est aujourd'hui le quatrième acteur du marché de l'assurance en Belgique.

Il est actif autant dans les assurances vie, c’est-à-dire par exemple les contrats en responsabilité civile, les assurances incendie, vol, crédit, soins de santé et aussi les assurances auto, décès, épargne et retraite.

Il vend également des assurances non-vie comme les assurances individuelles ou encore les assurances groupes.

Ethias compte plus d’un million de clients en Belgique. Il emploie 1724 équivalents temps plein. Son chiffre d’affaires est estimé à 2,4 milliards d’euros.

Un groupe en difficulté

Ethias aurait besoin de 5 à 600 millions d’euros pour renforcer ses fonds propres. En fait le groupe tire toujours le boulet du compte First, cette assurance épargne qui promettait 3,44% d’intérêt en moyenne à vie, ça pouvait aller jusqu’à 4 voire 9%.

Ça, c’était en 2003 quand l'économie se portait bien. Depuis, les taux d’intérêt de référence ont nettement diminué, et Ethias ne sait plus tenir ses engagements.

Il a déjà réussi à se débarrasser de la moitié de ces contrats en proposant une prime de sortie exorbitante de 14%. Mais il doit encore payer 1 milliard 400 millions d’euros.

Aujourd’hui, certains doutent de sa capacité à rester solvable et voudrait bien l’accoler à un autre groupe, comme Belfius par exemple même si rien n'est officiel.

Rappelons qu’après un premier sauvetage de 500 millions d’euros après la crise de 2008, le groupe a décidé l'année dernière de se séparer de 120 emplois et de réduire ses frais de fonctionnement de 10%.

 

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir