Est-ce qu'on se dirige vers une récession économique mondiale? "Peut-être en 2020"

Est-ce qu'on se dirige vers une récession économique? "Peut-être en 2020"
Est-ce qu'on se dirige vers une récession économique? "Peut-être en 2020" - © Drew Angerer - AFP

Cela fait dix ans que l'économie mondiale est en expansion. Sauf que depuis deux, trois mois, plusieurs facteurs d'incertitudes géopolitiques sont apparus ou se sont accrus, sur cette scène de l'économie mondiale, faisant même de 2019 "l'année de tous les risques". Comment le Brexit, de plus en plus imminent, va-t-il se dérouler? C'est incertain. L'Italie est déjà en récession économique, avec des conséquences, encore incertaines. Cette question, aussi: La Chine va-t-elle tenir le coup face aux tensions commerciales avec les Etats-Unis? Tout aussi incertain.

Tensions commerciales

Pour Philippe Eulaerts, économiste et directeur de la prévision chez SKF -une multinationale suédoise qui fabrique des roulements à bille, "vous rentrez dans une récession parce qu’il y a beaucoup trop d’incertitudes et de déséquilibres. Et c’est le cas pour l’instant. Je dirais qu’une des problématiques les plus intenses aujourd’hui, ce sont les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine. Parce que ça met la Chine dans une situation très difficile et sa croissance ralentit. Or, la Chine représente 30% de la croissance mondiale. S’il on tient compte du fait que l’on n‘est pas vraiment sûr des chiffres officiels chinois sur leur croissance (6%, alors que selon d’autres institutions parlent de 1,8 à 2,5%) ça nous donne un niveau d’incertitude très élevé ".

S’il y a un krach boursier, nous entrerons immédiatement en récession. Et qu’est-ce qui peut provoquer un krach? Une absence totale de confiance

Une croissance qui ralentit, ce n'est pas une récession, mais avec son opacité financière et son système bancaire officiel encore relativement embryonnaire, la Chine une fois réellement sous pression par une guerre commerciale, risque tout simplement de s’affaisser économiquement et de créer une récession mondiale.

Question de confiance

Pour certains observateur, la récession n'est pas imminente, parce que - entre autre, la consommation se maintient. Mais Phlippe Eulaerts "croi[t] qu’un des facteurs les plus importants, c’est de voir ce qui va se passer au niveau de la confiance. Parce que c’est là que va se jouer l’évolution boursière. Et s’il y a un krach boursier, nous entrerons immédiatement en récession. Qu’est-ce qui peut provoquer un krach boursier ? Une absence totale de confiance".

Or, Philippe Eulaerts est aux premières loges pour analyser ce facteur de la confiance. Les ventes de SKF se font donc dans tous les secteurs de l’économie, par exemple, côté industrie automobile - dirigée donc vers la consommation des ménages, mais aussi côté industrie lourde, et donc plutôt orientée vers d’autres entreprises.

La confiance des entreprises est en train de diminuer à une vitesse très très importante. Et dans un même temps, la production industrielle se contracte dans certains pays

Retournement plus rapide?

Et ce qu'il perçoit pour l'instant, c'est que les consommateurs restent confiants. Parce que selon lui, les indicateurs d'emploi et de salaires sont bons. Avec en plus une inflation plutôt basse. Mais il n'en va pas de même pour les dirigeants d'entreprises.
Qui eux voient déjà en début de chaîne, les carnets de commandes se vider dans certains secteurs et dans certains pays:

"La confiance des entreprises est en train de diminuer à une vitesse très très importante. Et dans un même temps, la production industrielle se contracte dans certains pays. Et donc l'investissement baisse, voir devient négatif. Donc on peut se dire qu'on se dirige vers quelque chose qui par la suite pourrait avoir une incidence sur l'emploi. Et à partir du moment ou l'emploi sera affecté, c'est la confiance des consommateurs qui va également se mettre à baisser. Et là on pourrait voire un retournement plus rapide que celui qu'on peut envisager aujourd'hui, sans doute pour 2020.Qui devrait être une année difficile".

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK