Environnement : les SUV, des voitures à succès en Belgique, mais jugées dangereuses et polluantes par certains

Sans la pandémie de covid-19, le Salon de l’Auto aurait dû se dérouler à Bruxelles la semaine prochaine. Il n’aura pas lieu, mais cela n’empêche pas certains de manifester contre la présence envahissante de la voiture et des publicités qui en vantent les mérites. Cible privilégiée des contestataires, les SUV, ces "véhicules sportifs utilitaires" qui ont de plus en plus de succès.

Ainsi, des militants sont venus rendre visite à un concessionnaire de Liège ce samedi matin. "SUV, danger, il faut légiférer !" : ils sont venus dire tout le mal qu’ils pensent des SUV, accusés d’être dangereux. "Ce sont des véhicules qui ont une masse et une puissance plus importante, et une hauteur de capot plus élevée, donc en cas d’accident avec des usagers faibles, il y a beaucoup plus de chances de décès", affirme Xavier Jadoul, de l’association StopSUV.

L’aspect environnemental est également pointé du doigt. "C’est un véhicule qui pollue plus, donc il faut plus d’énergie pour le mettre en mouvement", ajoute Xavier Jadoul. Les affiches des militants ont été placardées sur des panneaux publicitaires dans 5 villes du pays. Les SUV représentent pourtant 40% des voitures neuves vendues en Belgique.


►►► À lire aussi : Climat : les SUV dans le viseur ?


Pour l’industrie automobile, ces véhicules ne sont pas très différents des voitures classiques, ils seraient juste plus hauts. "Il n’y a vraiment pas de raison de s’en prendre aux SUV, répond Joost Kaesemans, porte-parole de la Febiac. D’ailleurs, jamais le nombre de SUV n’a été aussi élevé en Belgique, et jamais les émissions de CO2 moyennes n’ont été aussi basses. On sait très bien combiner une avancée technologique et environnementale avec le succès d’un certain type de carrosserie."

Mais les militants n’en démordent pas. A défaut d’interdire les véhicules lourds et polluants, il faut au minimum interdire leur publicité. "Le SUV a beaucoup de succès, et on pense que c’est dû au fait que l’industrie automobile, grâce à la publicité, a réussi à induire chez les consommateurs une envie de ce type de véhicule, parce qu’il engendre les marges bénéficiaires les plus importantes pour l’industrie", estime Alain Geerts, de l’association Inter Environnement Wallonie.


►►► À lire aussi : Même sans salon de l’auto, il y a moyen de faire de bonnes affaires


Réplique du secteur automobile : interdire la publicité ne découragera pas les acheteurs de voitures, mais les privera d’infos. "La publicité permet de montrer comment ce secteur évolue, note Joost Kaesemans. Ce n’est pas un produit qui est figé, stable, qui n’évolue pas, bien au contraire. On est en pleine révolution, et pour montrer ces avancées, ces nouvelles motorisations, on le fait par la publicité."

La Febiac s’apprête à distribuer 2 millions de catalogues automobiles, pour compenser l’absence du salon 2021. Pourtant, à voir les pubs qui envahissent nos villes et nos boîtes aux lettres, on pourrait bien croire qu’il aura lieu.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK