Environ 1000 manifestants en France contre les suppressions d'emplois chez Carrefour

Environ 1000 salariés de Carrefour ont manifesté jeudi devant le siège France de l'entreprise à Massy (Essonne) à l'appel de Force ouvrière pour "la défense de l'emploi" après l'annonce de milliers de suppressions de postes fin janvier, a constaté une journaliste de l'AFP.

Venus par cars de toute la France et même de Belgique, malgré la neige, les manifestants constituaient "le plus grand rassemblement" depuis l'annonce du plan de départs, selon Michel Enguelz, représentant de FO, premier syndicat du géant de la distribution.

FO a évalué à près de 2.000 le nombre de participants au rassemblement, tandis que la direction évoquait entre 600 et 700 personnes présentes.

L'objectif, a-t-il expliqué à l'AFP, est de "montrer à la direction qu'il y a une vraie mobilisation" contre la suppression de 2400 postes dans les sièges du groupe, via un plan de départs volontaires, et la sortie du groupe de 273 ex-magasins Dia, qui affecte 2.100 salariés, avec un plan social à la clé. En Belgique, 1.233 postes sont menacés.

Une délégation du syndicat a été reçue à la mi-journée par un membre de la direction.

Des engagements sur deux mesures clé

A l'issue de cette rencontre, FO s'est félicité d'avoir pu obtenir des engagements de la part du groupe sur deux mesures clés selon lui. Le syndicat réclame notamment "que 100% des salariés qui souhaitent être reclassés" puissent l'être, et non "50%" des employés, comme le proposait jusqu'ici l'entreprise, a expliqué M. Enguelz.

Publiés mercredi, les résultats de Carrefour France montrent une perte de 500 millions d'euros, ce qui justifie pour son patron Alexandre Bompard, de "mettre en oeuvre sans délai son plan de transformation" annoncé fin janvier.

"On est prêts à discuter", a assuré M. Enguelz, tout en prévenant que "la prochaine étape, c'est la grève générale, avec le blocage des entrepôts et des magasins". Il a évoqué pour cette grève "une date symbolique", en précisant que "les délégués centraux" se réuniront le 12 mars et "décideront des mesures à venir".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK