Engie s'intéresse au segment des petites éoliennes

Fairwind se spécialise dans le créneau du petit éolien. Des modèles reconnaissables à leurs pales à rotation verticale.
2 images
Fairwind se spécialise dans le créneau du petit éolien. Des modèles reconnaissables à leurs pales à rotation verticale. - © Tous droits réservés

Le groupe Engie veut monter en puissance dans les énergies renouvelables. Il  signait, ce matin un partenariat avec Fairwind, qui est un producteur belge d’éoliennes. Ce n’est pas, tout à fait, le premier accord de ce type conclu par Engie.

Ce n’est pas le premier partenariat qu’Engie signe dans l’éolien, loin ne s’en faut. Engie a déjà conclu des accords de coopération avec Infrabel, ArcelorMittal ou Umicore par exemple. Il a signé avec des coopératives, comme Clef, ou avec des opérateurs d’éoliens, comme Ventis, et il a même signé avec ses concurrents, EDF et Luminus Eneco. Le but de ces partenariats est d’installer des parcs d’éoliennes terrestres. Dans ce ce secteur, il est courant de s’associer.

C’est ce qu’explique Fawaz Al Bitar d’Edora. "Quand on regarde le secteur éolien, on réalise que les partenariats sont très fréquents entre acteurs privés, comme par exemple Engie ou EDF, mais également les acteurs publics, comme des intercommunales, des communes, voire des coopératives citoyennes. Cela permet au secteur éolien d’avoir un encrage beaucoup plus local dans le développement des projets. Et cela permet également de concevoir des projets de plus grande taille et qui exploitent mieux l’espace disponible."

Des petites éoliennes pour les agriculteurs et les entrepreneurs

Cela représente une forme de partage de risques dans le développement des parcs éoliens ? Dans le cas de Fairwind, il s’agit pourtant d’un autre scénario. Engie s’associe à un producteur d’éoliennes, ce qui est vraiment nouveau. Fairwind produit des turbines de petite dimension qui génèrent de 10 à 50 kilowatts, là où les grandes éoliennes on shore font 2 à 3 mégawatts. Les turbines de Fairwind s’adressent donc à une clientèle particulière, comme les agriculteurs ou les entrepreneurs et c’est bien ce qui intéresse Engie, explique le directeur innovation du groupe, Bruno Defrad.

"Nous voulons compléter notre gamme de solutions de production décentralisées à destination de nos PME et de nos clients business. A ce jour, on avait déjà une offre de photovoltaïque lancée fin 2016. On a également une offre de petite cogénération et maintenant, nous complétons cela avec une offre de petites éoliennes"

 

Adresser un nouveau segment

Jusqu’à présent, Engie était dans le grand éolien. Le nouveau partenariat tente de s’approprier un nouveau segment du marché. " Çela ’adresse plutôt à des clients qui désirent produire leur énergie eux-mêmes à base de renouvelable, mais qui n’ont pas la place pour installer une grande éolienne ou qui veulent compléter des panneaux photovoltaïques déjà installés. "

Une autre question est de savoir que gagne la société Fairwind dans ce partenariat.

Le premier atout réside dans un carnet commercial étoffé qui va permettre de vendre ses turbines aux clients d’Engie et donc d’affiner sa technologie. Une technologie unique dans le créneau du petit éolien puisqu’il s’agit de pales à rotation verticale. Les deux partenaires s’en expliquaient ce matin au siège d’Engie, ils nourrissent de très grandes ambitions pour l’avenir.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir