En entreprise aussi, un cadeau cela fait toujours plaisir

Période de fin d’année oblige, c’est l’occasion pour de nombreuses entreprises, de faire des cadeaux aux membres du personnel. C’est une pratique traditionnelle, mais elle est également très encadrée. Cela est encore plus vrai si l’employeur souhaite que cette dépense soit déductible à 100% à l’impôt des sociétés, totalement dépourvue de cotisations sociales, et qu’en même temps, du point de vue cette fois du salarié, ce soit du net. Pour cela, il y a une condition à respecter, ne pas dépasser un maximum de 40 euros par travailleur, comme le précise Patricia Weber, experte juridique chez Partena : "Souvent, c’est un cadeau qui se fait à la Noël et il y a généralement une pratique, qui est d’octroyer aussi un cadeau supplémentaire aux enfants, puisque la réglementation le permet. Il est donc possible d’allouer un cadeau au travailleur à la Noël et un cadeau à la Saint-Nicolas pour le ou les enfants à charge du travailleur. Et pour chaque cadeau ou chaque chèque cadeau octroyé à la Noël ou à la Saint-Nicolas, on ne peut pas dépasser un montant de 40 euros".

En résumé, il s’agit de respecter les 40 euros maximum par travailleur et 40 euros maximum par enfant à charge de ce travailleur. Précisons que cet avantage n’est pas obligatoire, l’ entreprise est une libéralité. Par ailleurs, cet avantage doit être octroyé à tous les salariés de l’entreprise, sans discrimination ni d’âge, ni de sexe, ni de religion ou d’appartenance syndicale ou politique, par exemple.

Des chèques cadeaux ou…

L’entreprise doit-elle forcément offrir des chèques cadeaux ou peut-elle donner autre chose ? Tout dépend de l’imagination du patron ou de son service de ressources humaines. Ça peut être une bouteille de vin, ça peut être des pralines, les possibilités sont nombreuses, mais en pratique, c’est vrai, la plupart des entreprises qui offrent un cadeau de fin d’année à leur personnel choisissent généralement les chèques cadeaux, nous dit Patricia Weber : "L’intérêt du chèque cadeau se situe évidemment dans le fait que le travailleur a la possibilité de choisir ce qu’il préfère, ce qui correspond mieux à ses souhaits. Je dirais que c’est le must, mais il est évident que certaines entreprises octroient également un cadeau en nature. Rien n’empêche de mixer la solution du cadeau en nature, par exemple des chocolats pour une valeur 15 euros, et de payer le solde sous la forme d’un chèque cadeau. Ça se fait aussi".

Les statistiques sur ces pratiques au sein des entreprises ne sont pas nombreuses. On estime tout de même que sept entreprises sur dix dans le secteur privé accordent ce petit plaisir à leurs salariés, toujours dans la limite de 40 euros maximum par travailleur. Alors, ce n’est pas une fortune, on est bien d’accord, mais un petit cadeau cela fait toujours plaisir.

Un cadeau à d’autres occasions

Dans la vie d’une entreprise, il y a bien d’autres raisons de faire des cadeaux aux salariés. Par exemple, lors d’un départ à la retraite ou d’un mariage. Dans ces cas-là, les sommes défiscalisées sont différentes. A nouveau un exemple : le mariage ou la déclaration de cohabitation légale. Si l’entreprise souhaite — ce n’est pas une obligation — faire un cadeau déductible fiscalement pour elle, sans cotisations sociales et sans fiscalité pour celui qui en bénéficiera, ce cadeau ne pourra pas dépasser les 200 euros maximum.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK