Electrabel: G. Mesrallet veut revoir la contribution de 550 millions à l'Etat

Le patron du groupe français revient donc à la charge contre cette contribution nucléaire d'Electrabel.

550 millions d'euros, c'est intenable, affirme Gérard Mestrallet, car "cela nous met en perte".

Il propose au gouvernement de se mettre autour d'une table et de revoir cette contribution.

Il prendra donc, dit-il, contact avec Elio Di Rupo dans les semaines qui viennent.


Le patron de GDF Suez met en avant la place qu'occupe le groupe en Belgique: un des premiers employeurs avec plus de 20 mille personnes. Il ne manque pas non plus de rappeller les 2,2 milliards d'impôts payés par Electrabel sur les 5 dernières années.


Gérard Mestrallet salue les efforts de Melchior Wathelet, le secrétaire d'état à l'Energie, pour tenter de bâtir un système à moyen et long terme. Mais il met en garde: le gouvernement belge n'est pas conscient, dit il, de la gravité de la situation économique et financière des entreprises énergétiques en Europe. En cause, notamment, une course effrénée au renouvelable, soutenue à coup de subsides.

L'Europe, dit il, est donc en surcapacité de production, alors que les consommateurs n'ont jamais payé aussi cher.

M-P. Jeunehomme

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK