Electrabel ferme deux sites, 132 emplois menacés

Selon le syndicat chrétien, la direction motive la fermeture de ces deux entités par des raisons économiques.

De son côté, Electrabel pointe différents facteurs, dont l'introduction de taxes fédérales sur le carbone en 2007, la diminution de moitié des certificats verts octroyés en Flandre aux centrales stockant de la biomasse ou encore l'introduction, par Elia, de nouveaux tarifs d'injection.

"Sur base de ces éléments, Electrabel a informé le SPF Economie, la CREG et Elia, de son intention de fermer la centrale de Ruien et l'unité d'Awirs 5, à Liège", a confirmé une porte-parole.

Electrabel a par ailleurs indiqué vouloir tout mettre en oeuvre pour permettre un reclassement des travailleurs concernés au sein de l'entreprise ou du groupe. Des mesures d'accompagnement adaptées seront également prévues, a poursuivi la porte-parole. La concertation sociale à ce sujet a débuté ce mercredi, a-t-elle ajouté.

"Pour la CSC, une perte d'emploi dans une entreprise de la taille d'Electrabel n'est pas acceptable. Et en tant que syndicat, nous ne pouvons pas accepter que l'on juge, sur la rentabilité, chaque petite entité séparément", a pour sa part réagi le syndicat chrétien.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK