Construction: pourquoi le Belge adore-t-il rénover sa maison?

Economie d'énergie et confort, le Belge invetsit dans la rénovation
Economie d'énergie et confort, le Belge invetsit dans la rénovation - © Jonas Hamers - BELGAIMAGE

Construire ou rénover sa propre maison? Selon une étude de 2014 réalisée par le bureau d'études spécialisé Essencia, c’est plutôt la deuxième option, la rénovation, qui a le vent en poupe. Le Belge y consacrerait en moyenne 12 700 euros par an. Une enquête sur la rénovation réalisée par Batibouw auprès de 1400 Belges confirme cette tendance. Mais pourquoi le Belge rénove-t-il, que rénove-t-il et à quel coût ? A quelques jours de l’ouverture du salon Batibouw, ce samedi 28 février, l’occasion de se pencher sur ces différentes questions.

Des terrains toujours plus rares et toujours plus chers malgré des taux d’intérêts historiquement bas, les chiffres de la construction sont loin d’être réjouissants. En 2013, le nombre de nouvelles constructions enregistrées a chuté de 25% par rapport à 2008. La crise étant passée dans le secteur. Du coup, le marché de la rénovation, lui, connaît une légère hausse: 41% des propriétaires belges ont effectué un ou plusieurs travaux de rénovation, soit 5% de plus qu’en 2012.

Et les raisons sont multiples.

Economiser l’énergie

Les exigences en matière d’économie d’énergie et de performance énergétique étant de plus en plus strictes, les investissements en ce sens, avec ou sans prime, représentent à moyen terme un avantage économique conséquent. Et ça le Belge l’a bien compris. Les travaux les plus souvent réalisés étant la rénovation de la chaudière (7,7%), les menuiseries extérieures (7,5%), l’installation électrique (7,5%) et l’isolation du toit (6,3%).

Recherche du confort

Outre l’économie d’énergie, les deux enquêtes mettent en avant le besoin et la recherche de confort. C’est même la réponse la plus fréquente dans l’enquête Batibouw: 80% des Belges disent vouloir rénover leur maison simplement pour améliorer leur niveau de vie et de bien-être. Cela passe notamment par l’aménagement paysager (17,5%), la rénovation de la salle de bain (16,6%), des menuiseries extérieurs (15,3%) et du dallage extérieur (12,7%).

Le Belge dit également vouloir investir pour accroître la valeur de son bien immobilier.

Quels coûts ?

Selon Essencia, le Belge consacre en moyenne 12 700 euros de travaux de rénovation par an. Des travaux en grande partie à sa charge, sans l'aide d'un emprunt. 8% seulement admettent avoir emprunté pour un montant d’environ 31 000 euros.

Batibouw souligne également les avantages propres à la rénovation: une habitation existante coûterait jusqu’à 25% moins cher qu’une nouvelle construction de même superficie. Les frais d’achat et de TVA d’un bien immobilier étant inférieurs à ceux d’un projet de construction nouvelle. De plus, des économies de loyer peuvent être réalisées si on prend en compte le fait que le propriétaire peut occuper l’habitation existante durant la durée des travaux.

Le secteur de la rénovation semble donc encore avoir de beaux jours devant lui.

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK