Echec du deal avec PostNL: "bpost a évité un grand conflit social" selon la CGSP

Le centre de tri de Fleureus
Le centre de tri de Fleureus - © POOL/FREDERIC SIERAKOWSKI - BELGA

En annonçant l'échec des négociations avec la poste néerlandaise, "bpost a évité un grand conflit social, tant au nord qu'au sud du pays", a affirmé lundi Jacques Lespagnard, responsable du secteur postal à la CGSP, au terme d'une rencontre avec la direction de l'entreprise. "Nous restons toutefois avec de nombreuses questions et de nombreuses craintes", a renchéri Stéphane Daussaint, au nom de la CSC-Transcom.

"Nous avons tenté de connaître les raisons de cet échec mais Koen Van Gerven, l'administrateur délégué de bpost, est resté très vague, évoquant simplement des raisons 'compliquées'. Il semble que la poste néerlandaise souhaitait aller plus loin que ce que bpost avait prévu", a expliqué Jacques Lespagnard.

"Crispation du côté néerlandais"

"Koen Van Gerven n'est pas entré dans les détails. On sait néanmoins que la crispation était plus grande du côté néerlandais", a de son côté souligné Stéphane Daussaint en regrettant que "les syndicats n'aient appris l'existence de ces négociations que vendredi, par la presse".

"Nous n'avons aucun problème à ce que la poste belge acquiert un autre opérateur du secteur car elle en a les moyens. Une opération de ce type pourrait d'ailleurs consolider l'emploi, notamment dans le secteur des colis. Par contre, ce qui nous pose problème et que nous n'acceptons pas, c'est l'abandon du statut d'entreprise publique", a-t-il ajouté.

"Que bpost se rapproche d'un autre opérateur du secteur, ça peut être une bonne chose en termes de consolidation stratégique. Mais on reste toutefois avec de nombreuses interrogations et de nombreuses craintes, d'autant que l'on sait depuis décembre, quand le gouvernement a modifié la loi permettant à l’État de passer sous la barre des 50% du capital, qu'une privatisation de l'entreprise est possible à tout moment", a conclu Stéphane Daussaint.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK