EasyJet se retire des discussions sur la reprise d'Alitalia

EasyJet se retire des discussions sur la reprise d'Alitalia
EasyJet se retire des discussions sur la reprise d'Alitalia - © ALBERTO PIZZOLI - AFP

La compagnie aérienne à bas coût EasyJet a annoncé lundi qu'elle se retirait des discussions autour de la reprise d'Alitalia, ouvertes en février avec Delta et la société des chemins de fer italiens Ferrovie dello Stato (FS).

"Après des discussions avec FS et Delta Air Lines en vue de former un consortium pour explorer les options à propos de l'avenir des activités d'Alitalia, EasyJet a décidé de se retirer du processus", a abruptement annoncé EasyJet dans un très bref communiqué.

Le 13 février, l'entreprise ferroviaire FS avait annoncé avoir entamé des discussions avec les compagnies aériennes américaine Delta et britannique EasyJet en vue de la reprise d'Alitalia, la compagnie aérienne italienne en difficulté.

Désireux de relancer Alitalia, le gouvernement populiste italien avait indiqué début octobre travailler à la création d'une coentreprise avec la société nationale des chemins de fer, dans laquelle le ministère de l'Économie prendrait une participation.

Outre Delta et EasyJet, Lufthansa avait manifesté son intérêt pour un rachat d'Alitalia, mais en octobre, la compagnie allemande avait exclu tout accord impliquant l'Etat italien.

Alitalia, qui emploie quelque 11.000 salariés, a accumulé les pertes ces dernières années face à la concurrence des compagnies à bas coût.

Jusqu'alors détenue à 49% par Etihad Airways, elle a été placée sous tutelle en mai 2017, après le rejet par les salariés d'un plan de restructuration prévoyant 1.700 suppressions d'emplois.

Du côté d'EasyJet, le court communiqué publié lundi semble mettre un terme, au moins pour le moment, aux tentatives de la compagnie d'acquérir une partie d'Alitalia.

En octobre 2017, la compagnie au logo orange et blanc avait soumis une offre pour une reprise partielle d'activités d'Alitalia mais les discussions sur l'avenir de l'entreprise italienne se sont prolongées depuis. EasyJet a ensuite accepté de participer à des discussions à trois pour envisager une participation.

Cette perspective écartée, EasyJet a simplement ajouté rester "engagée" en Italie, où elle dispose d'activités importantes et emploie 1.400 pilotes et personnels de cabine. La compagnie assure de nombreuses liaisons vers et depuis l'Italie et compte sur places trois bases de stationnement d'avions, à Milan, Naples et Venise.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK