Duvel "drague" le consommateur wallon, AB Inbev conquiert le monde

Les fêtes de Wallonie vont tout doucement atteindre leur point culminant ce week-end, elles devraient attirer 150 ou 200 000 personnes à Namur et ce succès populaire a inspiré une grosse opération marketing à la société Duvel Moortgat : le brasseur flamand va littéralement draguer le consommateur wallon en lui vantant les qualités de son produit phare, la Duvel... la bière du diable en français. Et pour mieux séduire, le nom flamand de cette bière va être remplacé par le mot diable décliné dans 4 patois wallons sur les étiquettes de 100 000 bouteilles.

Derrière ce petit exercice apparemment anecdotique, il y a une vraie stratégie de développement parce que le groupe estime que ses Duvel ne se vendent pas suffisamment en Wallonie. Les fêtes de Wallonie lui donnent l'occasion de se faire mieux connaître alors que, paradoxe, c'est un marché que le groupe connaît bien, depuis longtemps. " Nous sommes brasseurs des bières de l’abbaye de Maredsous depuis plus de 40 ans, souligne Michel Moortgat, administrateur délégué de la société Duvel Moortgat. Nous sommes également propriétaires de la brasserie d’Achouffe, mais c’est vrai que Duvel en tant que bière a encore beaucoup de potentiel pour croître en Wallonie, il y a beaucoup d’amateurs pour ce genre de produit et donc nous avons envie de développer notre notoriété et nos ventes ici. "

Intérêt local mais aussi pour l’international

L’intérêt que manifeste la société Duvel Moortgat pour la wallonie ne signifie pas pour autant un repli sur la Belgique. En fait, l’entreprise commercialise ses marques notamment en Chine, aux Etats-Unis, en France. Elle a également racheté plusieurs brasseries, aux Etats-Unis, en Tchéquie. Mais son internationalisation est relativement récente, elle remonte à 2001. Donc, oui, pour elle, le marché belge reste essentiel : sur une production d’1 million 200 mille hectolitre en 2014, près de la moitié a été commercialisée chez nous.

Pas la même division qu’AB Inbev

Evidemment, la comparaison avec AB Inbev n’est pas très flatteuse, elle n’est peut-être même pas pertinente puisque AB Inbev, dont le quartier général se trouve toujours à Louvain, est le numéro 1 mondial du secteur et que cette position pourrait encore se renforcer dans les mois à venir : AB Inbev vient en effet d’annoncer son intention de lancer une offre publique d’achat amicale sur SAB Miller, le n°2 mondial du secteur.

On n'en est encore qu'au stade des intentions mais, si l’opération aboutit, AB Inbev assurerait plus d'un quart de la consommation mondiale de bière et sa valeur en bourse dépasserait les 250 milliards de dollars. Les marchés en tout cas ont applaudi à cette annonce, le cours d’AB Inbev a grimpé de 6,4% mercredi à la bourse de Bruxelles, celui de SAB Miller s'est envolé de 20% à Londres.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK