Dossier Omega Diamonds: le règlement à l'amiable approuvé

Les certificats d'origine auraient été modifiés en indiquant un montant moindre que la valeur réelle des diamants.
Les certificats d'origine auraient été modifiés en indiquant un montant moindre que la valeur réelle des diamants. - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Le versement à l'amiable de 160 millions d'euros que les dix prévenus dans le dossier Omega Diamonds ont conclu avec l'Inspection Spéciale des Impôts et le parquet d'Anvers pour échapper à des poursuites, a été approuvé le 25 juin par la chambre du conseil. La constitution comme partie civile du lanceur d'alerte de l'affaire auprès de la justice belge, David Renous, a été déclarée non fondée. Il a fait appel de cette décision, suivi par le parquet. Le dossier passe dès lors entre les mains de la chambre des mises en accusation.

"Notre procédure en appel est purement technique. Cela donnera à la chambre des mises en accusation la possibilité de prendre connaissance de tous les faits et procédures", a expliqué le porte-parole du parquet d'Anvers.

La firme diamantaire Omega Diamonds a importé, entre 2003 et 2008, des diamants d'Angola et de RDC à Anvers, via Genève ou Dubai. Les certificats d'origine y auraient été modifiés en indiquant une valeur moindre que la valeur réelle, dans le but de payer moins d'impôts. L'ancien employé David Renous avait averti la justice.

Malgré ce règlement à l'amiable, l'Administration des Douanes et Accises réclame auprès des prévenus devant le tribunal correctionnel une somme totale de près de 4,6 milliards d'euros. Cette somme correspondrait à la valeur des diamants importés (2,28 milliards d'euros), plus une amende de 2,29 milliards d'euros. Le procès débutera le 13 novembre.


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK