Distributeurs de la Loterie Nationale: une concurrence sans contrôle des mineurs

Distributeurs de la Loterie Nationale: une concurrence sans contrôle des mineurs
Distributeurs de la Loterie Nationale: une concurrence sans contrôle des mineurs - © Tous droits réservés

Le nombre de librairies ne cesse de diminuer en Belgique : 678 ont disparu entre 2009 et 2014 selon les chiffres du SPF Économie cités par le syndicat neutre pour indépendants (SNI). Cette organisation pointe un nouveau coupable : la concurrence que constituent les distributeurs automatiques fraîchement installés par la Loterie Nationale et qui porte un coup supplémentaire à un secteur déjà en grande difficulté.

"Au cours de ces cinq dernières années, en moyenne 3 libraires par semaine ont disparu dans notre pays", précise le SNI dans son communiqué.

Pas de lecteur de carte d'identité

Ces distributeurs sont dès lors dans le viseur du syndicat, mais pas uniquement pour la concurrence qu'ils représentent.

"Ce qui gêne surtout les libraires, c'est que, grâce à ces distributeurs automatiques, les jeunes de moins de 18 ans peuvent se procurer sans problèmes un bulletin Lotto ou un ticket à gratter, explique la présidente du SNI, Christine Mattheeuws. Et ce alors que la Loterie Nationale envoie de jeunes 'mystery shoppers' (personne qui joue le rôle d'un client ordinaire pour vérifier la qualité d'un service, ndlr) pour vérifier si aucun libraire ne vend de produits de loterie aux moins de 18 ans."

Le SNI réclame dès lors le retrait pur et simple de ces distributeurs. "Et si ceci est impossible (vu les investissements), alors ces distributeurs automatiques doivent être équipés obligatoirement d'un lecteur eID afin que les mineurs ne puissent pas en faire usage", nuance toutefois le syndicat, proposant ainsi l'idée d'une vente par distributeur conditionnée au contrôle automatique de la carte d'identité.

85 distributeurs, et non pas 150

Selon le communiqué du SNI, 150 distributeurs de tickets à gratter et billets de Lotto "sont venus s'ajouter au total et ce principalement dans les magasins et stations-services ou à proximité de ceux-ci". Sauf que ce nombre de 150 est le plafond tel que fixé en février 2015, et que celui-ci ne sera nullement dépassé. Les derniers résultats disponibles de la Loterie Nationale font par ailleurs état de seulement 85 "contrats" passés pour l'installation d'un distributeur.

Tels que présentés à l'époque par la Loterie Nationale, ces distributeurs sont justement censés "répondre à la diminution du nombre de points de vente", selon les termes employés par son CEO Jannie Haek.

Contrôle... après achat

Il était également précisé que ces appareils allaient être disposés dans des endroits "surveillés", "avec un contrôle sociale" et seraient également soumis au "mystery shopping", puisqu'en cas de gains tout joueur devrait se rendre dans un point de vente traditionnel pour encaisser le montant. Selon ce principe, le contrôle est donc effectué après l'achat.

Le syndicat neutre pour indépendants rappelle que la vente de produits de loterie représente un tiers du chiffre d'affaires d'une librairie. "Des ventes qui régressent dû à ces distributeurs automatiques à proximité immédiate ont une influence signifiante sur la librairie en question."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK