Disney rompt avec Netflix, qui devrait s'en remettre...

Coup de tonnerre dans le monde des médias : les studios Disney vont retirer la plus grande partie de leur contenu de la plateforme de diffusion en ligne, Netflix.

La décision sera effective en 2019. Les clients de Netflix n’auront alors plus accès aux nouvelles productions des studios Disney et de sa filiale Pixar. C’est aussi en 2019 que les studios Disney vont lancer leur propre service de vidéos à la demande pour exploiter en direct leurs nouvelles productions et leur énorme catalogue avec les grands classiques.

Pour autant, tous les liens ne seront pas coupés entre Disent et Netflix, qui va continuer à diffuser les fictions de Marvel, une filiale de Disney. Un doute subsiste encore sur le sort de Lucas Film, qui détient la franchise des Star Wars.

Pourquoi cette décision?

Disney a présenté cette semaine des résultats trimestriels mitigés. Les revenus des parcs d’attractions sont en forte hausse, c’est vrai, mais le groupe est aussi présent dans la télévision aux États-Unis. Et là les résultats sont mauvais.

Les habitudes des consommateurs changent, ils consomment de plus en plus des contenus en ligne, sans passer par les chaînes traditionnelles de la télévision et du câble. Alors, au début, c’est vrai que Netflix a permis à Disney de mieux valoriser son catalogue, mais maintenant Netflix est devenu une menace pour Disney.

Disney dispose-t-il des moyens techniques pour assurer lui-même la diffusion en streaming de ses productions ?

Oui, ce sera le cas grâce à BAM Tech, une société spécialisée dans le streaming vidéo sportif. Disney va en prendre le contrôle cette année. A priori donc pas de soucis côté technique, les vraies difficultés seront plutôt tactiques, commerciales, car pour le moment Disney gagne encore pas mal d’argent avec ses chaînes câblées.

Son offre de streaming risque de cannibaliser ses propres réseaux de diffusion, il faudra donc trouver un équilibre subtil probablement entre le streaming et les chaînes câblées.

Du côté de Netflix, quel pourrait être l’impact de cette décision sur son modèle économique à lui ?

Le succès de Netflix, qui compte plus de 100 millions d’utilisateurs dans le monde, repose sur une offre abondante de films et de séries accessibles au travers d’abonnements pas trop chers. Si l’offre se réduit, il y a danger.

Netflix, cela dit, n’est pas non plus resté inactif. Au contraire même puisque la société investit des sommes importantes dans la production de contenus qui lui sont propres, comme la série "House of Cards" qui fait un carton.

Netflix a compris en fait assez rapidement qu’elle devait produire elle-même des contenus pour ne pas être à la merci des grands studios hollywoodiens. Elle s’est fixé comme objectif une production interne de contenus, 30 à 40% au total en 2019 contre 25% aujourd’hui.

Et c’est clairement dans cette perspective d’ailleurs que se situe le rachat annoncé cette semaine de Millarworld, un éditeur de comics, dont plusieurs épisodes ont déjà été portés à l’écran.

Un dernier chiffre : Netflix doit investir cette année 6 milliards de dollars pour acheter des contenus.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir