Dexia a perdu plus de 4 milliards d'euros en trois mois

Dexia a perdu plus de 4 milliards d'euros en trois mois
Dexia a perdu plus de 4 milliards d'euros en trois mois - © Belga

Dexia a enregistré une perte trimestrielle record de 4,032 milliards d'euros, plombée par une provision de près de 3,6 milliards d'euros, annoncée en mai dernier et destinée à accélérer la cession des actifs non stratégiques du bancassureur, a-t-il annoncé jeudi.

S'y ajoutent quelque 338 millions de diminution de valeur sur les obligations souveraines grecques ainsi que 143 millions de dépréciation sur Dexia Crediop et Dexia Israël, dont les perspectives de vente se sont dégradées depuis l'an passé.

Néanmoins, des progrès importants ont été réalisés dans la restructuration financière du groupe, rassure Dexia. Fin juillet, 94% du portefeuille d'actifs de la branche "Financial Products" ont ainsi été cédés, permettant une réduction importante de son profil de risque.

Le programme initial de cession d'actifs, fixés à 15 milliards d'euros pour 2011, est également quasiment bouclé, poursuit le bancassureur qui compte par ailleurs finaliser la vente de l'assureur turc DenizEmeklilik pour la fin de l'exercice.

Enfin, malgré sa perte trimestrielle conséquente, Dexia a tiré son épingle du jeu dans la banque de détail et commerciale, où les dépôts ont progressé de 3% à 88 milliards d'euros tandis que les crédits à la clientèle ont augmenté de 7% par rapport à juin 2010, pour s'établir à 55,6 milliards d'euros. En Belgique, les dépôts ont atteint 64 milliards d'euros.

"La situation macro-économique de la Belgique ne m'inquiète pas du tout", a encore souligné Pierre Mariani, alors que l'exposition de Dexia aux bons d'Etat belges atteint 3,5 milliards d'euros. "Il n'y a pas de gouvernement fédéral mais les gouvernements régionaux fonctionnent", a-t-il ajouté en précisant enfin que le bancassureur n'avait pas l'intention de sabrer dans ses effectifs, contrairement à certains de ses concurrents.


Belga
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK