DevSide, l'entreprise qui participe à la création de l'app de tracing belge, a-t-elle menti sur ses références ?

DevSide, concepteur désigné de l'application belge de tracing, a-t-il menti sur ses références ?
DevSide, concepteur désigné de l'application belge de tracing, a-t-il menti sur ses références ? - © LeoPatrizi - Getty Images

Devside, le développeur désigné de l'application belge de contact tracing, est déjà mis en doute. Des références clients ont été retirées de son site. Pizza Hut a notamment fait enlever son logo parce qu'elle n'a pas collaboré directement avec DevSide, affirme mardi soir VRT NWS. Les autorités politiques maintiennent néanmoins leur confiance en la société.

Axel Legay, professeur à l'UCLouvain qui copilote le projet, apporte lui aussi des précisions ce mercredi matin. "Ce sont bien des membres de Devside qui ont travaillé avec ces clients", explique-t-il.

Axel Legay ajoute que "Devside n'est pas le concepteur de l'application, mais bien l'implémenteur de nos protocoles. Ce n'est pas eux qui décident des moyens de vie privée ou des intégrations".

En d'autres termes, Devside devra mettre en œuvre le cahier des charges défini par des experts du domaine. Un peu comme le maçon qui viendrait concrétiser les plans de l'architecte. Objectif : sortir l'application dans les première semaines de septembre.


►►► À lire aussi Coronavirus: uUne application de tracing très bientôt accessible sur nos smartphones


Des logos qui disparaissent

Les experts en technologie s'étaient posé des questions lorsque DevSide a été choisie pour développer l'application belge de coronatracing. L'entreprise est petite et peu connue. Il apparaît désormais que le site de DevSide mentionnait des références clients qui n'avaient pas lieu d'y être. Selon VRT NWS, les logos de Pizza Hut et Belfius ont ainsi disparu.

En effet, quand on cherche dans le cache de Google, cet outil du moteur de recherche qui enregistre régulièrement les pages web, on remarque que le ménage a été fait dans la liste des clients de Devside. Outre Pizza Hut et Belfius, le constructeur BMW a lui aussi disparu de la liste.

"Nous n'avons jamais travaillé directement avec DevSide", a fait savoir un porte-parole de Pizza Hut à la chaîne publique flamande. La chaîne de restaurants de pizzas a demandé à DevSide de supprimer son logo de son site.

Personne n'était disponible mardi soir chez DevSide pour commenter cette information.

Dix fois moins cher que son concurrent

Du côté des politiques, le ministre compétent Wouter Beke renvoie vers le responsable informatique Frank Robben, lequel n'approuve pas ce que DevSide a fait, mais assure que ce n'est pas sur base de cela qu'on doit juger mais bien sur base de l'offre de fond. "Les offres ont été évaluées par un jury composé de professeurs qualifiés", insiste-t-il.

Il n'y avait que deux candidats pour développer l'application, et DevSide était apparemment dix fois moins cher que son concurrent. L'autre candidat, un consortium créé autour du groupe allemand SAP, était également moins flexible. Selon Frank Robben, le développement de l'application, qui devrait être prête en septembre, se déroule bien jusqu'ici.

Les Belges peuvent être certains que l'application sera sûre, estime Frank Robben. Le développement est supervisé par les meilleurs scientifiques et une entreprise réputée examinera l'application pour la sécurité. Le code complet de l'application sera rendu public avant le lancement. Aucune donnée ne sera stockée chez DevSide, c'est pris en charge par l'institut Sciensano. Et toutes ces données seront anonymes, souligne encore Frank Robben.

L'application belge corona avertira les utilisateurs s'ils ont été en contact avec une personne infectée. La valeur ajoutée de l'application réside dans le fait qu'un lien sera fait entre des personnes qui ne se connaissent pas. Ce sera le cas, par exemple, de navetteurs assis les uns à côté des autres dans un bus. L'application belge fonctionnera via Bluetooth, et non sur base de données GPS. Le gouvernement ne pourra donc pas savoir où quelqu'un a été infecté.

"Traçage: Notre point faible ?", sujet du journal télévisé du 18 juillet

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK