Deux tiers des magasins en ligne belges sont en infraction

Derrière une interface virtuelle, l'e-commerce appartient au monde réel.
Derrière une interface virtuelle, l'e-commerce appartient au monde réel. - © UWE ZUCCHI - IMAGEGLOBE

L'inspection économique a réalisé plus de 31 mille contrôles en 2012, et infraction a été constatée dans 19% des cas: étiquetage, clauses abusives, pratiques déloyales, fraude, sécurité, protection du consommateur. Les enquêtes sont aussi tournées vers les arnaques, contrefaçons, ou piraterie. L'inspection a également traité quelque 16 000 plaintes. Signe des temps, "l'e-commerce", le commerce en ligne a fait l'objet d'une enquête générale: dans 64% des contrôles, une ou plusieurs infractions ont été mises au jour. La vigilance est donc de mise.

Identification du commerçant, informations sur le prix total, et droit de rétractation pour le consommateur. Tous ces renseignements doivent être présents de façon claire et rester disponibles à chaque étape de l'achat. Il est également interdit de pré-cocher des options payantes. Voilà à quoi le consommateur doit rester attentif car ces quelques règles sont régulièrement bafouées sur les sites de vente en ligne. 451 sites internet ont ainsi été contrôlés par les services de l'inspection économique l'an dernier. Et 64% d'entre eux étaient en infraction, ne respectant pas l'un ou plusieurs de ces prescrits règlementaires.

Produits payés mais non livrés

C'est mieux qu'en 2011 avec ses 80% d'infractions. Mais cela reste un nombre élevé, d'autant qu'à côté des contrôles, l'inspection a aussi traité de nombreuses plaintes de consommateurs, essentiellement pour pratique commerciales trompeuses ou pour un produit non livré alors qu'il avait été payé. Ce qui concerne tout de même un quart des plaintes.

Marie-Paule Jeunehomme