BNP: 2 milliards de dividendes mais 1050 jobs supprimés, colère des employés

Au début du mois, le groupe avait annoncé un plan stratégique impliquant la suppression nette de 1050 postes en trois ans.
Au début du mois, le groupe avait annoncé un plan stratégique impliquant la suppression nette de 1050 postes en trois ans. - © ERIC LALMAND - BELGA

Les syndicats ont mené une action symbolique ce mercredi matin devant le siège liégeois de BNP Paribas Fortis, vingt jours après l'annonce de la suppression de 1050 emplois.

Ils ont distribué une bouteille d'eau aux employés de la banque, histoire de les aider à "avaler la pilule de la restructuration".

Mille emplois seront donc supprimés. Dans le même temps, pourtant, les actionnaires du groupe vont se partager deux milliards d'euros de dividendes.

À quelques heures de l'assemblée générale du groupe bancaire, les syndicats le crient haut et fort : ce montant ne passe pas; qu'un actionnaire se rémunère, passe encore, mais, qu'il vous pille, c'est inacceptable.

"Gare à ceux qui n’y arriveront pas"

"Aujourd’hui, c’est l’assemblée générale des actionnaires de BNP Paribas Fortis où sera voté le dividende de deux milliards qui remontera donc au niveau du groupe en France", commente Tommy Wyseur, de la CNE, qui met de suite ce chiffre en balance avec celui des suppressions d’emplois annoncées.

"On nous annonce une restructuration globale et complète du réseau. On annonce aussi une diminution du personnel d’environ 1000 personnes et 2400 fonctions qui vont disparaître. Donc, les gens vont devoir se réorganiser, réapprendre un métier. Gare à ceux qui n’y arriveront pas, évidemment."

Et sur ces 2400 fonctions, "il y a 600 personnes qui sont considérées comme 'non-recyclables' suivant leur formation, et en fonction de leur âge", précise Jean-Pierre Wotquenne du SETca.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK
Vews
en direct

La Deux

Vews