Des prix qui vont jusqu'au triple: pourquoi les matériaux de construction augmentent-ils autant?

Lorsqu'elle a signé pour sa nouvelle maison, Chantal ne s'attendait pas à voir sa facture initiale gonfler au fil du temps. Après sept mois d'attente pour obtenir le permis de bâtir, c'est près de 15 000 euros supplémentaires qui lui ont été facturés. En cause : le prix des matériaux qui ne cesse de flamber depuis le début de l'année. "On m'a d'abord annoncé une hausse de 4,5 % du prix initial. Mais je n'étais pas effrayée et je m'y attendais car on entendait déjà parler des prix qui grimpaient. Mais la deuxième fois, quand le chiffre est monté à 7,5 %, je suis allée trouver un avocat pour voir si c'était bien légal. Il m'a dit que je pouvais m'estimer heureuse d'avoir fait appel à une société clé sur porte sérieuse car on était alors à plus de dix pour cent d'augmentation."

La maison sera construite en novembre et d'ici-là, l'entrepreneur Jumatt s'est engagé à geler le prix, même si les coûts des matériaux continuent leur inflation.

A la Confédération de la Construction Wallonne, on indique que ce sont les isolants polyuréthanes, les bois et les aciers qui ont le plus augmenté alors que dans le même temps, les délais de livraison étaient allongés de plusieurs semaines.

Fema, la fédération des matériaux de construction, vient justement de publier une illustration reprenant les différentes augmentations qui touchent la construction. Par rapport à la fin de l'année dernière, tous les postes sont impactés, mais de manières différentes. Si l'augmentation du prix des briques, béton et peinture reste raisonnable, on n'en dira pas autant des revêtements de sol et des isolants de plafond (+ 50 %), du bois de construction (+ 128 %) ou des panneaux en OSB qui ont triplé (+ 191 %) !

Un peu de Covid, de Trump et de logistique

Ici, point de problèmes de puces électroniques pour expliquer l'envolée des prix, mais une série d'événements. Notons par ailleurs que la situation est identique un peu partout en Europe et qu'il ne s'agit pas d'un phénomène centré sur la Belgique. Alors reprenons dans l'ordre : 

  • Le Covid, tout d'abord. Il a eu d'innombrables conséquences dont celles de fermer des sites de production et de nous empêcher de sortir librement. "Cela en a incité beaucoup à entamer des travaux de rénovation, à faire construire en zone rurale ou à investir dans ce qui est sûr : la brique", explique Marnix Van Hoe, de la fédération des matériaux de construction. "Le chiffre d'affaire du secteur explose. C'était stable ces dernières année, mais depuis janvier, on est à près de 23 % d'augmentation." Et les inondations récentes ne font qu'accroître cette demande pour les matériaux de construction.
  • Trump ensuite. Car même s'il n'est plus au pouvoir, il avait quand même décidé de taxer le bois canadien. Et comme les USA en sont de gros utilisateurs, ils se tournent à présent vers le Vieux Continent pour se fournir, entraînant les prix vers le haut. Pour d'autres raisons (protéger son environnement), la Chine est aussi devenue un client important pour le bois européen.
  • La logistique enfin. Beaucoup de produits viennent d'Asie et il y a des problèmes d'approvisionnement mais aussi de qualité (du bois par exemple). A cela, on peut encore ajouter une autre augmentation des prix : ceux de l'énergie. Cela impacte le transport mais aussi la fabrication des matériaux en usine. Sans parler du climat, qui a forcé des entreprises chimiques américaines à fermer leurs portes plusieurs semaines, empêchant la fabrication de colle et autres solvants.

 

"Si les prix se stabilisent pour la fin de l'année, on sera content"

C'est ce que nous confie le responsable des achats du Groupe Gobert. Car la pénurie de bois européen est toujours présente, le prix des conteneurs en provenance du Moyen-Orient a doublé et les cimentiers ont déjà annoncé de fortes hausses pour l'an prochain, à cause de la taxe CO2 qui les touche directement. "Pour vous donner un exemple, le panneau OSB 18mm standard se vend aux particuliers aux alentours de 20 euros actuellement alors qu'on était à 7 ou 8 en début d'année. A un moment donné, notre prix d'achat avait été multiplié par quatre, mais maintenant, ça se calme un petit peu pour les matériaux à base de bois."

Acheter sa maison moins cher ou économiser sur la rénovation n'est clairement pas à l'ordre du jour dans les mois qui viennent. On se consolera en se disant que le budget des matériaux n'intervient que pour 25 à 40 % du prix global d'une construction neuve. En se mettant au bricolage et avec beaucoup d'huile de coude, on arrivera peut-être à économiser sur la main-d'oeuvre.

Augmentation du prix du bois: JT 26/03/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK