Des artistes organisent une action à l'Onem pour dénoncer la précarité de leur statut

Une vingtaine d'artistes du collectif "No Culture" se sont rendus, vendredi matin, au bureau bruxellois de l'Office national de l'emploi (Onem), en étant maquillés et habillés en accidentés de la route afin d'attirer l'attention sur la précarité de leur statut. Ils ont également dénoncé leurs difficultés à avoir accès aux allocations de chômage ou au statut d'artiste lorsque les dossiers qu'ils présentent à l'Onem contiennent des contrats à la tâche.

Les artistes de "No Culure", grimés en accidentés de la route, se sont présentés dans la matinée au bureau de l'Onem de la chaussée de Charleroi à Saint-Gilles, où ils ont chanté des chants de Noël en remplaçant les paroles de ces derniers par leurs revendications. Ils ont également lu une lettre adressée à "Papa Onem" qui reprenait leurs requêtes.

"En octobre dernier, l'Onem a décidé, sur base d'une note interprétative, de refuser tous les dossiers de demande d'accès aux allocations de chômage ou d'accès au statut d'artiste contenant des contrats à la tâche. Ces contrats nous permettent de convertir un montant brut de revenus en 'jours prestés', seule manière pour nous qui travaillons par projet et en fonction des 'saisons', d'avoir accès à un statut social et à une sécurité sociale. L'arrêté de 2013 avait déjà durci le chemin d'accès au chômage pour les artistes. Aujourd'hui, ceux qui n'ont pas encore accès au statut d'artiste se retrouvent dans une grand précarité", indique Chloé Winkel, porte-parole de "No Culture".

"Nous souhaitons entamer un dialogue avec le gouvernement afin de définir selon des critères objectifs ce statut d'artiste qui n'en est en réalité pas un et qui laisse à l'Onem toute liberté d'interprétation sur ce qu'est un intermittent du spectacle. Nous demandons également au ministre fédéral de l'Emploi, Kris Peeters, un communiqué officiel sur le retrait de la note interprétative de l'Onem et le réexamen de l'ensemble des dossiers refusés par l'Onem depuis l'entrée en vigueur de cette note", conclut-elle.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK