Des activistes de Greenpeace à l'assaut d'une plateforme de Shell

Pacifique: des militants de Greenpeace prennent d'assaut une plateforme pétrolière de Shell
2 images
Pacifique: des militants de Greenpeace prennent d'assaut une plateforme pétrolière de Shell - © DR

Des militants de Greenpeace sont grimpés sur une plateforme pétrolière du géant des hydrocarbures Shell qui se déplaçait vers l'Arctique, a indiqué l'ONG écologiste lundi pour alerter sur les dangers de l'exploitation pétrolière.

Six activistes de l'association de défense de l'environnement ont prévu de camper sur la plateforme de 38 000 tonnes, la Polar Pioneer, sur laquelle ils ont embarqué à 1200 km au nord-ouest de Hawaï en utilisant des bateaux gonflables depuis un navire de Greenpeace, l'"Esperanza".

Les six militants, originaires des États-Unis, d'Allemagne, de Nouvelle-Zélande, Australie, Suède et Autriche, ont des provisions pour plusieurs jours et peuvent communiquer avec le monde extérieur, a précisé Greenpeace dans un communiqué.

"On a réussi! Nous sommes sur la plateforme de Shell. Et nous ne sommes pas seuls. Tout le monde peut aider à transformer ça en une plateforme en faveur du pouvoir pour le peuple", a tweeté l'une des six, Aliyah Field, avec le mot-dièse "le peuple contre Shell".

Johno Smith, un néo-zélandais, a ajouté: "nous sommes ici pour souligner que dans moins de 100 jours Shell sera dans (l'océan) Arctique pour y forer du pétrole".

"Cet environnement immaculé a besoin d'être protégé pour les générations futures et pour tous les êtres vivants qui vont y vivre. Au lieu de cela, Shell (prévoit) de tirer profit de la fonte glacière pour accroître ce désastre causé par l'homme", ajoute-t-il.

Une porte-parole de Shell, Kelly Op de Weegh, a confirmé à l'AFP que "des manifestants de Greenpeace ont embarqué illégalement sur le Polar Pioneer, qui est sous contrat avec Shell, mettant en danger non seulement la sureté de l'équipage à bord mais les manifestants eux-mêmes".

AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK