Delta va offrir 10 000 dollars aux volontaires en cas de surréservation

Cette décision de la compagnie aérienne américaine Delta intervient après que sa concurrente United Airlines a expulsé la semaine dernière de manière très musclée un passager muni d'un ticket sur un vol intérieur américain
Cette décision de la compagnie aérienne américaine Delta intervient après que sa concurrente United Airlines a expulsé la semaine dernière de manière très musclée un passager muni d'un ticket sur un vol intérieur américain - © BARRY WILLIAMS

Delta Air Lines proposera jusqu'à 10 000 dollars à ses passagers s' ils acceptent de céder leur place volontairement sur des vols en surréservation, a-t-elle indiqué à l'AFP lundi.

 

Cette décision de la compagnie aérienne américaine intervient après que sa concurrente United Airlines a expulsé la semaine dernière de manière très musclée un passager muni d'un ticket sur un vol intérieur américain, suscitant l'indignation internationale.

Delta recommande désormais à ses agents présents aux portes d'embarquement d'offrir jusqu'à 2 000 dollars à un passager acceptant de libérer sa place en cas de surréservation, contre 800 dollars auparavant.

Les superviseurs ont, eux, l'autorisation de proposer jusqu'à 9 950 dollars aux passagers pour les inciter à abandonner leur place. Ce seuil était de 1 350 dollars jusqu'à présent.

La compagnie aérienne espère ainsi éviter des incidents telle l'expulsion violente de David Dao, un médecin d'origine vietnamienne vivant depuis plusieurs années aux Etats-Unis, ayant valu à United des appels au boycott, une mauvaise publicité et la chute de son action en Bourse.

Projecteurs braqués sur le "surbooking"

En attendant les résultats d'un audit interne le 30 avril, United a annoncé qu'elle allait aussi changer sa politique d'enregistrement et d'embarquement des membres d'équipage. Ceux-ci doivent maintenant s'enregistrer 60 minutes avant le décollage, alors qu'ils pouvaient le faire à la dernière minute jusqu'à présent. M. Dao avait été expulsé pour faire place à un équipage d'United.

L'affaire United a braqué les projecteurs sur le "surbooking", une technique commerciale permettant aux compagnies aériennes de vendre davantage de sièges que n'en contient l'appareil en anticipation d'éventuels annulations et retards.

La législation américaine autorise les compagnies aériennes à contraindre des passagers à quitter des vols "surbookés", en échange de dédommagements, si elles ne parviennent pas à trouver suffisamment de volontaires.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir