Deliveroo met un terme à sa collaboration avec la SMart

Les coursiers passeront d'un salaire horaire à une rémunération à la tâche
Les coursiers passeront d'un salaire horaire à une rémunération à la tâche - © GEORGES GOBET - AFP

Deliveroo renonce à recourir aux coursiers embauchés sous contrat de travail par la coopérative SMart, annonce cette dernière mercredi. Depuis avril 2016, le système permettait pourtant aux coursiers de travailler sous régime de salariés pour la plateforme de livraison de repas à vélo.

Concrètement, cela signifie que les coursiers passeront d'un salaire horaire (peu importe si la course a lieu) à une rémunération à la tâche, affirme l'administrateur délégué de la SMart Sandrino Graceffa. La décision de Deliveroo intervient au moment où le gouvernement fédéral entend généraliser le régime des petites indemnités (RPI), permettant de défiscaliser une série de petites tâches entre particuliers ou réalisées au sein de l'économie collaborative.

SMart regrette le timing dans cette décision

Des tâches que la SMart assimile à des "mini-jobs", selon les mots de Sandrino Graceffa, puisque les travailleurs n'ont pas de droits sociaux à la clé. "Ce type de travail n'est couvert par aucune obligation d'assurance en matière d'accidents du travail (qui protège le travailleur) ou de responsabilité civile (qui protège le client-consommateur). Ce type de travail n'est un tremplin vers rien du tout: la formation continue n'est ni financée ni organisée pour ces travailleurs, qui resteront englués dans la zone grise du travail au noir légalisé", souligne la SMart. "Pauvreté, pensions ridicules, soins de santé au rabais, dé-professionnalisation des travailleurs, concurrence effrénée aux mini-jobs, etc. Qui peut croire un instant qu'il y a là une machine destinée à relancer l'économie et le bien-être?", s'interroge la coopérative.

La SMart regrette aussi le timing de la décision de Deliveroo, puisqu'une concertation sociale entamée avec les syndicats était sur le point d'aboutir à une convention collective de travail pour les coursiers. "Cette expérience entre Deliveroo et la SMart offrait une réponse alternative pour les travailleurs de ces plateformes. C'est dommage que l'expérience s'arrête aussi brutalement", note Sandrino Graceffa.

Un modèle offrant plus de flexibilité

Deliveroo a néanmoins précisé ce mercredi soir avoir mis en place un modèle qui offre plus de flexibilité aux coursiers que le dispositif de la SMart. "Deliveroo prend toujours des décisions allant dans les meilleurs intérêts de ses coursiers partenaires et ce nouveau modèle leur permet d'organiser leur travail autour de leur vie et non l'inverse", estime la société. 

Depuis le mois de juin, Deliveroo teste un modèle de travail freelance indépendant et flexible. "Dans le cadre de ce nouveau modèle, les coursiers se verront proposer un nouveau contrat en tant que travailleurs indépendants et recevront une rémunération pour chaque livraison effectuée: 7,25 euros pour les travailleurs indépendants et 5 euros pour les étudiants indépendants. Les coursiers pourront également travailler avec d'autres plateformes s'ils le souhaitent et continuer à avoir la liberté de décider quand et comment ils travaillent", précise le service de livraison de repas. Une phase de transition est prévue jusqu'à la fin janvier 2018. Deliveroo organisera plusieurs sessions d'information pour les coursiers afin de leur expliquer ce nouveau modèle et de les assister pendant cette transition.

Par ailleurs, en termes d'assurance, Deliveroo a précisé qu'une responsabilité civile s'appliquait aux coursiers et que des discussions étaient en cours avec des assureurs pour aller plus loin, vers un modèle qui s'applique dans plusieurs pays européens.

Reportage dans notre JT de 13h de ce jeudi 26 octobre:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK