Déclarations de superficie : il reste une semaine aux agriculteurs pour toucher les aides financières

Clément Lambilotte, agriculteur à Thuin, a rempli sa déclaration de superficie ce vendredi matin
Clément Lambilotte, agriculteur à Thuin, a rempli sa déclaration de superficie ce vendredi matin - © RTBF

Près de 15.000 agriculteurs en Belgique sont appelés à remplir leur déclaration de superficie. C’est un petit peu comme la déclaration d’impôts de chaque citoyen, sauf que pour l’agriculteur, cette formalité administrative lui permettra de toucher d’importantes aides financières. Toutes les déclarations doivent être rentrées pour le 30 mai (l’échéance initiale du 30 avril a été repoussée), il ne reste donc que quelques jours.

Les aides proviennent de l’Union européenne, via la politique agricole commune (PAC) et de la région wallonne. "Les aides européennes sont des aides au revenu. C’est ce qu’on appelle le premier pilier, détaille Grégoire De Munck, directeur de la direction extérieure de Thuin au département de l’agriculture. Elles sont plutôt quantitatives : elles tiennent compte de la taille des terrains cultivés. "Les aides du deuxième pilier sont des aides environnementales à l’investissement. Elles proviennent de la région Wallonne." Ces aides sont davantage qualitatives et dépendent de ce qui est semé ou de comment sont agencées les parcelles. Mais les demandes d’aides relevant des deux piliers sont liées à une seule déclaration. "Nous sommes une sorte de guichet unique pour les agriculteurs", résume Grégoire De Munck. "Cela permet de simplifier la PAC qui est très compliquée."

Et les montants sont importants. Rien que l’enveloppe européenne pour les agriculteurs belges représente 320 millions d’euros, soit un peu plus de 20.000 euros par exploitant. "On ne pourrait pas s’en passer, confirme Clément Lambillotte, jeune agriculteur de la région de Thuin qui a fait sa déclaration ce vendredi matin. Les prix de ventes de nos produits sont tellement bas qu’on ne tiendrait pas sans ces aides. De mon côté, ça représente 40 à 50% de mon chiffre d’affaires." Hors de question, dès lors, de prendre ces aides à la légère, d’autant qu’elles répondent à des critères. "Il y a ce qu’on appelle la conditionnalité, c’est-à-dire qu’il faut respecter les règles. Les aides n’arrivent pas en un claquement de doigts."

Comme pour les impôts, cette déclaration peut se faire à domicile via internet. Mais un tiers des agriculteurs en moyenne nécessite une aide de fonctionnaires qui permettent de vulgariser la complexité de la procédure. "Je pourrais le faire moi-même mais ça me prendrait beaucoup plus de temps donc c’est un gain de temps pour moi, explique l’agriculteur thudinois. Les fonctionnaires connaissent bien la législation, les choses auxquelles il faut faire attention comme les bandes de terre tampons entre les cours d’eau concernant les produits phytosanitaires."

Initialement prévue jusqu’au 30 avril, la période de déclaration a été rallongée jusqu’au 30 mai suite au coronavirus. Il faut dire aussi que les SPW sont restés fermés jusqu’au 11 mai, date de leur réouverture en toute sécurité. Sept directions dont celle de Thuin sont accessibles partout en Wallonie (Ath, Ciney, Huy, Libramont, Malmédy Thuin et Wavre). Selon l’administration, 12.500 déclarations ont déjà été remplies. Il ne reste donc qu’une semaine aux 2500 exploitants restants pour être en ordre.

Les agriculteurs sont aussi confrontés à la sécheresse en cette fin mai (reportage JT du 17 mai)