De plus en plus de ménages sont incapables d'acheter leur logement

De plus en plus de ménages sont incapables d'acheter leur logement
De plus en plus de ménages sont incapables d'acheter leur logement - © Tous droits réservés

C'est une phrase apparemment anodine au milieu d'une étude de la Confédération Construction: "Le potentiel du crédit hypothécaire semble avoir atteint ses limites". Traduction libre: de plus en plus de ménages sont incapables d'acheter leur logement et sont contraints de devenir ou de rester locataires.

En 2005, le prêt hypothécaire moyen se situait autour de 115 000 euros. Hors droits d'enregistrement, cet emprunt permettait de financer l'achat d'un logement de 152 000 euros et d'investir plus de 30 000 euros dans la rénovation.
 
Aujourd'hui, en actualisant tous ces montants, la conclusion est simple: la plupart des ménages n'ont plus d'argent pour rénover le bien qu'ils viennent d'acheter, pour autant évidemment qu'ils aient réussi à acheter un logement. Tout simplement parce que les prix de l'immobilier ont évolué beaucoup plus vite que le revenu des ménages. Il va sans doute falloir faire évoluer nos habitudes. 
 
Robert de Mûelenaere, administrateur délégué de la Confédération Construction prévient: "Nous devons nous préparer à habiter sur des surfaces plus petites: des parcelles plus petites, des logements plus petits. Davantage d'appartements et davantage d'appartements de plus petite dimension". Mais il rappelle que le rôle de la politique d'urbanisme, c'est aussi de densifier l'habitat: "C'est le sujet du retour à la ville pour faire en sorte que l'offre puisse rencontrer une demande qui soit solvable". 
 
 
Solvable dans un contexte où le crédit hypothécaire va devenir plus cher. Les taux d'intérêt sont à des planchers historiques, ils ne peuvent pratiquement plus que remonter, les conditions d'emprunt des banques vont se resserrer et il y a peu de chance que le marché immobilier chute soudainement, tout simplement parce que la demande de logement va rester soutenue sous l'effet d'un accroissement de la population.
 
Avec Michel Gassée
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK