De plus en plus de crédits frauduleux proposés sur internet par des prêteurs non agréés

De plus en plus de crédits frauduleux proposés sur internet par des prêteurs non agréés
De plus en plus de crédits frauduleux proposés sur internet par des prêteurs non agréés - © DANIEL MIHAILESCU - AFP

C’est via un communiqué que l’Autorité des services et marchés financiers a mis les consommateurs en garde sur une pratique en recrudescence. La FSMA aurait ces derniers mois reçu plusieurs plaintes concernant des offres frauduleuses de crédit par des prêteurs non agrées.

Ces prêteurs ou entreprises frauduleuses "offrent" des crédits à des conditions particulièrement intéressantes. Celles-ci peuvent aller d’un montant alloué très important au regard de la situation financière du consommateur en passant par une longue durée de remboursement ou un taux d’intérêt extrêmement faible.

Elles parviennent généralement à l’attention des consommateurs via des publicités sur internet mais aussi les réseaux sociaux. Et c’est parce qu’elles semblent plus avantageuses que le consommateur se tourne naturellement vers ces offres en ligne, parfois à tort. "Si c'est trop avantageux comparé à d'autres offres, cela doit déclencher une alarme auprès du consommateur", prévient Jim Lannoo, porte-parole de la FSMA.

Le phénomène semble d’ailleurs se multiplier. "On a reçu plus d’une centaine de plaintes cette année. Depuis le mois de juillet, ce sont plus de 40 dossiers qui nous ont été envoyés. On remarque que c’est plus que les années précédentes", observe-t-il.

Ces offres non sollicitées émanent de personnes se présentant comme des prêteurs ou des établissements de crédit non-agrées, ce qui va à l’encontre de la loi. Car pour obtenir un agrément de prêteur en crédit, les procédures sont lourdes mais nécessaires. "Le prêteur doit avoir assez de capital, les connaissances et le diplôme nécessaire. Toute une série de critères avant qu’il puisse s’engager dans le métier. C’est donc une procédure lourde mais qui doit donner de la confiance au consommateur pour s’engager avec quelqu’un de fiable", rajoute Jim Lannoo.

Gare aux frais "administratifs"

Ces entreprises non-agrées, qui n’ont donc pas le droit de travailler en Belgique, requièrent principalement auprès du consommateur un ou plusieurs montants supposés couvrir des frais de dossier ou administratifs avant de pouvoir fournir un crédit. Une fois ces montants payés par le consommateur, le supposé prêteur ne donne plus suite et disparaît, rendant quasiment impossible l'éventualité de récupérer cet argent. 

La FSMA déconseille donc aux consommateurs de donner suite à ces propositions, surtout si une somme destinée à couvrir des frais pour l’octroi du crédit vous est demandée. De manière générale, il est recommandé de se méfier lorsqu’une demande de crédit non sollicitée vous parvient, de toujours vérifier les adresses électroniques et les données de contact utilisées mais surtout de s'assurer que le prêteur dispose de l’agrément nécessaire pour proposer un crédit.

L’Autorité des services et marchés financiers mentionne de nombreuses sociétés comme Dell Loan Company, Laporte Holding ou encore Snel Krediet comme particulièrement peu recommandables et met à disposition sur son site un formulaire de contact en cas d’arnaque constatée. la FSMA compte d'ailleurs sur les consommateurs pour lutter contre ce type de fraude. "On dépend vraiment des signalements de ces consommateurs pour que l'on puisse en avertir d'autres et éviter qu'ils ne se fassent arnaquer", conclut Jim Lannoo. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK