Dans un mois, le Salon de l'Auto: "On vient au Salon comme on irait à Pairi Daiza ou à Walibi"

Dans un mois, le Salon de l'Auto: "On vient au Salon comme on irait à Pairi Daiza ou à Walibi"
Dans un mois, le Salon de l'Auto: "On vient au Salon comme on irait à Pairi Daiza ou à Walibi" - © ERIC LALMAND - BELGA

La rubrique "Les curieux du matin" était consacrée ce lundi au Salon de l'Auto qui ouvrira ses portes à Bruxelles en janvier prochain. Comme l'explique Xavier Daffe, rédacteur en chef du Moniteur Automobile, l'événement se tiendra sur le plateau du Heysel du 12 au 21 janvier. Il s'agit cette année d'un grand salon qui devrait attirer les foules.

"Les mauvaises années, ce salon attire environ 550.000 visiteurs, et les bonnes 580.000. Je crois que ça s’explique par le fait que ce Salon de l’Auto est un peu devenu une attraction familiale, analyse Xavier Daffe. On vient au Salon comme on irait à Pairi Daiza ou à Walibi, par exemple. C’est une excursion, un lieu où on vient flâner et rêver. Mais c’est aussi, et peut-être surtout, un Salon où l’on 'vend', ce qui en fait un cas unique sur la scène mondiale. Tout qui est à l’achat d’une nouvelle voiture attend généralement le Salon pour bénéficier des célèbres conditions Salon."

Pourtant, il ne faut pas nécessairement se rendre au Heysel pour faire de bonnes affaires. "Vous aurez exactement les mêmes conditions si vous vous rendez directement chez n’importe quel concessionnaire", assure le rédacteur en chef du Moniteur Automobile.

Ne pas acheter sur un coup de tête

Il n'empêche, "l’avantage de se rendre au Salon est que toutes les marques sont présentes au même endroit au même moment, ce qui permet de plus facilement faire jouer la concurrence. Vous vous faites remettre une offre sur le stand d’une marque A, par exemple... Il suffit ensuite de traverser le palais pour [présenter cette offre à] la marque B concurrente."

Par contre, on ne peut pas acheter directement une voiture lors du Salon. "Vous vous faites remettre une offre par un informant sur le stand de la marque de votre choix et, si elle vous convient, vous allez alors avec ce bon de commande chez le concessionnaire pour finaliser la vente. Ça évite d’acheter sur un coup de tête, en étant victime, en quelque sorte, de la frénésie ambiante, ce qui n’est jamais bon évidemment. Ça vous donne le temps de la réflexion."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK