Dans la grande distribution, je prends Colruyt

Le distributeur de Hal a dépassé Carrefour, il y a deux ans, et depuis lors, il continue de gagner des clients. Il détient aujourd'hui plus de 25% des parts de marchés, contre 23% à Carrefour et 22% à Delhaize. Il a clairement profité des déboires de son concurrent pour renforcer ses ventes. Il a aussi attiré d'avantage de consommateurs pendant la crise que les hard discounter Aldi et Lidl. Son crédo, on le connaît, c'est la rentabilité. Elle s'est encore renforcée et le distributeur gagne 16 737 euros par mètre carré. Il est de loin le premier sur la scène belge. Et son succès, il le doit à ses propres magasins. Colruyt joue très peu sur la franchise pour développer son réseau et ses ventes, contrairement à ses concurrents.

Les trois enseignes dominent le paysage de la distribution belge

Elles font effectivement les 3/4 des ventes, ce qui est énorme. Et si on ajoute Aldi et Lidl, on a 88% du marché aux mains de cinq distributeurs. On peut donc parler de concentration. Et le phénomène va en se renforçant. Il est d'ailleurs régulièrement pointé du doigt par la Banque nationale de Belgique et le Bureau du plan comme un facteur de surenchérissement des prix. Si l'inflation est souvent plus forte chez nous que dans la zone euro c'est, entre autres, à cause du manque de concurrence dans la distribution alimentaire. Les chiffres de Marketing Map sont là pour le confirmer.

 

M.S. avec Françoise Gilain

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK