D'ici 2020, George Ugeux prédit une nouvelle crise économique sans précédent

D'ici 2020, George Ugeux prédit une nouvelle crise économique sans précédent
D'ici 2020, George Ugeux prédit une nouvelle crise économique sans précédent - © Belga Image / IMAGEGLOBEPLUS

Il faut se préparer à une nouvelle crise économique, plus destructrice que celle de 2008.  Georges Ugeux, ancien vice-président de la Bourse de New York, actuel président et patron belge de Galileo Global Advisors tire la sonnette d’alarme dans l’émission Au bout du jour présentée par Eddy Caekelberghs. Cette nouvelle crise concernerait, non plus les problèmes des banques, mais l’endettement des Etats.

Pour George Ugeux, d’ici 2020 nous allons nous trouver dans une situation qui, dans un pays ou dans un autre, risque de provoquer la panique: " Tout le monde connait les chiffres et on ne peut les faire mentir. Nous savons aujourd’hui que les Etats ne sont pas plus disciplinés en matière budgétaire. De plus, il y a une augmentation de la dette publique dûe aux taux d’intérêts très bas et ce sera bientôt la fin de ces taux très bas "

Augmenter l’impôt sur les sociétés

Que faire pour corriger la situation ? Pour George Ugeux il y a moyen de transformer l’ouragan annoncé en tempête tropicale et, par conséquent, de limiter les dégâts. " Il faut une prise de conscience. Il faut stopper la tendance des endettements qui augmentent ainsi que la hausse des déficits budgétaires.  Le Fond Monétaire International (FMI) doit mener une opération de grande envergure et savoir ce qui doit être fait en matière de dépenses, d’imposition mais aussi savoir quels actifs doivent être vendus ".

Pour éviter le crash annoncé, l’ancien vice-président de la Bourse de New York estime qu’il faut augmenter l’impôt des sociétés et qu’il n’y a aucune autre solution possible en dehors de ce type de mesures. " Il est vrai que la Belgique ne peut pas le faire toute seule. Les Européens doivent se mettre autour de la table et se demander : que faire pour éviter que l’on se fasse concurrence ? Actuellement, les entreprises ne contribuent pas à ce qui est nécessaire pour le rétablissement des finances publiques. Je comprends la position de la FEB mais si le tsunami arrive, les bénéfices des entreprises on n’en parlera plus ".

L’austérité ne fonctionne pas

Autres dossiers qui doivent mobiliser les Européens pour éviter la catastrophe : les situations économiques en Italie et en Espagne. Pour George Ugeux " les deux pays ont des programmes qui ne sont pas finançables. Mais l’austérité comme on a connu n’a pas apporté les résultats que l’on voulait. La difficulté maintenant n’est peut-être pas d’empêcher un pays de prendre des mesures de relance mais de lui dire qu’il doit compenser l’impact que cela va avoir. Plusieurs solutions s’offrent à lui : soit augmenter la fiscalité, soit réduire les dépenses dans d’autres domaines ".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK