Cyber-attaque à Bercy

Ces attaques visaient "principalement les dossiers liés au G20" et ont conduit Bercy à "renforcer substantiellement ses systèmes de sécurité", a déclaré l'AFP le secrétaire général des ministères des Finances et du Budget, Dominique Lamiot. Le ministre du Budget François Baroin a également confirmé l'attaque, et précisé qu'il y avait des "pistes" pour savoir qui se trouvait derrière, sans qu'il lui soit possible pour l'instant de les dévoiler.

Un haut fonctionnaire cité par Paris-Match a déclaré "qu'un certain nombre d'informations étaient redirigées vers des sites chinois. Mais cela ne veut pas dire grand-chose". Selon Dominique Lamiot, "une centaine d'ordinateurs des services centraux de Bercy" ont été "compromis" par cette attaque mais aucun ne comportait des "données personnelles" sur des contribuables. Au cours du week-end, "une opération de maintenance a ainsi conduit à débrancher 10 000 postes informatiques sur les 170 000 que compte le ministère", a-t-il ajouté, précisant qu'ils devaient être réactivés "ce matin".

Plainte

"L'attaque visait plutôt les questions internationales que les questions internes comme les douanes ou le fisc", a encore précisé Dominique Lamiot, disant avoir "la certitude qu'aucune donnée personnelle n'a été ni visée ni 'compromise'". Le secrétaire général de Bercy a par ailleurs confirmé qu'une plainte avait été déposée par le ministère. 

AFP
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK