Cryptomonnaies : la spectaculaire expansion du bitcoin en Afrique

Pour la première fois depuis son lancement en janvier 2009, le bitcoin (BTC) a atteint la valeur record de 23.500 $ ce week-end. Même si elle reste extrêmement volatile, cette première cryptomonnaie décentralisée séduit de plus en plus en Afrique. Le Nigéria est ainsi devenu le deuxième marché mondial du bitcoin aujourd’hui, juste derrière les Etats-Unis, tandis que le Kenya (8e) et l’Afrique du Sud (10e) font également partie du top 10.

La prophétie de Dorsey

Il y a un an, le PDG de Twitter, Jack Dorsey, postait un tweet enthousiaste au retour d’une tournée africaine : "L’Afrique définira le futur (particulièrement celui du bitcoin !)". Un an plus tard, sa prophétie semble se confirmer. Avec plus de 60.000 BTC échangés en un an pour une valeur de plus de 566 millions de dollars, le Nigéria, deuxième leader mondial sur le marché du bitcoin, fait figure de pionnier en Afrique. Suivent, le Kenya (5895 bitcoins échangés pour une valeur de 55 millions de dollars) et l’Afrique du Sud (2121 bitcoins échangés pour une valeur 19 millions de dollars).

Mais qu’est-ce que le bitcoin ? Il s’agit avant tout d’une monnaie virtuelle qui n’est émise par aucune autorité bancaire centrale. C’est pourquoi on parle de "cryptomonnaie décentralisée". Dès le départ du projet, il a été décidé de limiter l’émission de bitcoins à 21 millions d’unités au total. Un montant qui devrait théoriquement être atteint en 2140. Mais en 2018, 80% des bitcoins avait déjà été émis.


►►► À lire aussi : Plus de 10 ans après sa création, l’âge de la maturité pour le Bitcoin ? Quatre questions pour mieux comprendre


Le cours de la cryptomonnaie dépend uniquement du rapport entre l’offre et la demande. Il est donc extrêmement volatile. Ainsi, par exemple, au début de l’année 2017, la valeur d’un BTC dépassait légèrement la barre des 1000 $. Un an plus tard il atteignait 14.000 $. Début 2019 il pointait aux alentours de 7000 $ et aujourd’hui, il a atteint la valeur historique de 23.500 $. C’est dire que ses fluctuations ont de quoi inquiéter les investisseurs les plus prudents.

En Afrique 80% des ménages ne possèdent pas de compte bancaire courant

Mais, malgré cette volatilité impressionnante, le bitcoin possède des atouts qui le rendent extrêmement attirant en Afrique. Sur le continent, où 80% des ménages n’ont pas accès à un compte bancaire courant, la cryptomonnaie s’installe comme une valeur refuge face à des monnaies locales qui sont souvent exposées à l’inflation. Elle permet ainsi de contourner des taux de change parfois surévalués localement et de limiter l’impact de certaines dévaluations. Elle est aussi de plus en plus populaire pour réaliser des transferts d’argent.


►►► À lire aussi : En Afrique, Netflix mise tout sur le mobile (et baisse ses prix)


Pour certains spécialistes de la question, comme Jérôme Mathis et Daniel Ouedraogo, tous deux professeurs d’économie à l’Université Paris-Dauphine, la cryptomonnaie soulève une question importante pour l’avenir de l’Afrique. Celle de la création d’une monnaie commune au continent. "Les enjeux liés à l’utilisation d’une monnaie commune au sein d’un continent sur lequel circulent pas moins de quarante devises officielles sont bien réels, expliquaient-ils récemment dans une carte blanche publiée dans le journal Le Monde. Les flux marchands entre pays sont entravés par l’aléa des variations de change et les coûts de conversion. L’intégration monétaire africaine permettrait de faciliter les échanges commerciaux, comme l’euro facilite les échanges au sein de la zone euro, et ainsi concourir au développement économique du continent."

A la recherche d’une cryptomonnaie africaine

Mais les deux économistes ne croient pas pour autant à la prophétie de Jack Dorsey. Car, pour eux, le bitcoin n’est pas suffisamment adapté à la situation en Afrique. En cause, sa volatilité, évidemment, mais aussi les risques de piratage informatique. "Les populations l’utilisent faute de mieux, mais restent en demande d’une cryptomonnaie plus stable et plus sécurisée", écrivent les deux économistes. Un chantier sur lequel se penchent aujourd’hui de nombreux entrepreneurs africains. Ces dernières années, on a ainsi vu émerger de nouveaux projets de cryptomonnaies, comme l’Afro, qui ambitionne désormais de remplacer le bitcoin à l’échelle du continent.

Archives JT du 12/12/2017: Le Bitcoin entre en bourse

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK