Croissance économique: les entreprises belges vont-elles en bénéficier?

Croissance économique: les entreprises belges vont-elles en bénéficier?
Croissance économique: les entreprises belges vont-elles en bénéficier? - © PHILIPPE HUGUEN - AFP

Les nouvelles prévisions économiques de l’OCDE prévoient une croissance mondiale de 3,5%, une croissance plus soutenue que prévu cette année.

Si cette prévision se confirme ce serait une amélioration par rapport aux 3% de 2016. Ce serait aussi la meilleure performance de l’économie mondiale depuis 2011. Mais petit bémol, cela resterait en dessous des niveaux d’avant la crise financière de 2008-2009, malgré une reprise globale assez dynamique de l’investissement et du commerce international.

Les entreprises belges vont-elles en profiter?

Oui, puisque la croissance s’améliore chez nos principaux partenaires commerciaux. C’est un facteur capital, comme vient de le rappeler une étude publiée dans la revue Regards économiques. Elle montre que l’évolution de nos exportations dépend relativement plus de la conjoncture internationale que de la compétitivité de nos entreprises.

Vincent Bodart, l'un des auteurs de cette étude, explique: "Ce qu’on arrive à montrer dans notre étude, c’est que l’évolution de la demande étrangère, donc la conjoncture mondiale, est effectivement l’élément qui va dominer comme élément explicatif de la croissance de nos exportations. Mais effectivement, si on a une demande mondiale qui se porte bien, mais qu’on est très peu compétitif, il est clair qu’on capturera relativement peu de l’évolution de cette demande mondiale".

L’économiste de l’UCL insiste sur un autre point, la compétitivité de nos exportations ne dépend pas seulement des coûts salariaux, il y a également par exemple le coût des matières premières, les coûts de l’énergie et aussi, les taux de profit appliqués par les entreprises. C’est tout cela qui va déterminer le prix de vente de nos exportations et qui nous permettra de voir si ces exportations seront compétitives ou pas par rapport à nos concurrents évidemment.

Est-ce que nos entreprises sont suffisamment présentes sur les marchés en forte croissance ? 

Ça reste une faiblesse. Nos entreprises ne sont pas assez présentes à la grande exportation, sur les marchés donc en forte croissance. Mais, selon Pascale Delcomminette, la patronne de l’Agence wallonne à l’Exportation, la situation s’est tout de même améliorée sensiblement, chiffres à l’appui. "La zone hors Union européenne représentait il y a 20 ans 14,5% et aujourd’hui cette zone, pour nos exportations, représente 21,5%. Donc ça veut dire que vraiment nos entreprises vont de plus en plus sur ces marchés hors Union européenne".

Là où la croissance est la plus forte, les entreprises wallonnes ont exporté pour pratiquement 40 milliards d’euros en 2016, tous marchés confondus. 2,1 % de hausse sur un an avec une forte progression des ventes hors Europe.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir