Coronavirus : quel impact pour Brussels Airport et les compagnies aériennes ?

Couloirs déserts, une poignée de voyageurs, et un silence inhabituel : dans l’aéroport de Bruxelles, l’activité est presque à l’arrêt. On dénombre entre 5 et 20 vols passagers par jour, au lieu de 600. Ce sont principalement des vols de rapatriement, des vols médicaux, militaires, ou des avions passagers utilisés par du cargo. Dans l’aéroport, seuls deux cafés proposent leurs services à emporter. Les autres enseignes sont fermées.

6 images
Les couloirs de l'aéroport sont déserts © Tous droits réservés

En mars : - 60% de passagers

Ce sont surtout les vols passagers qui sont impactés par la crise. En mars, Brussels Airport compte 60% de passagers en moins : au lieu des 2 millions de personnes enregistrées en mars 2019, il y en avait seulement 800.000 en mars 2020. L’impact devrait être encore plus marqué durant le mois d’avril. "La perte économique est difficile à estimer mais elle est énorme, et on craint que cela ne dure encore quelque temps, explique Nathalie Pierard, porte-parole de Brussels Airport."D’abord il faut que les frontières soient ouvertes à nouveau, ça ne sera peut-être pas dans tous les pays en même temps, ce sera progressif. On pense que l’été sera très compliqué et on ne s’attend pas à retrouver une activité normale cette année."

L’activité cargo, par contre, est relativement stable. Il y a toujours 50 à 60 vols par jour, et la demande est très forte : "Le cargo reste, en cette période, indispensable pour l’approvisionnement de notre pays, car grâce au fret aérien, des produits essentiels comme des médicaments et produits médicaux peuvent rapidement être livrés", précise la cellule communication de Brussels Airport.

6 images
Brussels Airlines perd 1 million d'euros par jour © Tous droits réservés

"Un million d’euros chaque jour"

Une perte pour l’aéroport, mais aussi pour les compagnies aériennes. Du côté de Brussels Airlines, on estime perdre 1 million d’euros chaque jour. Les 4200 employés sont presque tous en chômage technique temporaire. Ceux qui travaillent encore s’occupent de l’organisation des vols de rapatriement, mais aussi de l’entretien des avions. "La flotte de Brussels Airlines compte 48 avions. En ce moment, 43 sont cloués au sol, et 5 sont opérationnels pour des vols de rapatriement", précise Maaike Andries, porte-parole de Brussels Airlines.

Depuis début avril, seules 14 compagnies aériennes sont encore actives à Brussels Airport. 10 compagnies aériennes en Europe : Aegean Airlines, Finnair, Alitalia, Bulgaria Air, Ryanair, Iberia, KLM, Lufthansa, Swiss, Croatia Airlines ; et 4 compagnies aériennes intercontinentales : Emirates, Ethiopian, Hainan et Qatar Airways.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK