Coronavirus : les Belges ont dépensé 30% de moins en confinement, sauf en alimentation

Les Belges ont réduit leurs dépenses de plus de 30% durant les six premières semaines de confinement, par rapport à la même période l’an dernier. C’est ce qui ressort d’une analyse de la banque ING effectuée sur base de 96 millions des transactions électroniques de ses clients. Résultat : 34% de transactions en moins, pour des montants dépensés inférieurs de 31%.

Tous perdants, sauf l’alimentation

Sans surprise aucune, l’étude montre que les Belges ont dépensé principalement moins pour les vacances (-69%), les activités des enfants (-68%), l'habillement et la beauté (-61%) et les transports (-52%).

Les consommateurs ont par contre dépensé plus d’argent dans les supermarchés et chez les fournisseurs en ligne non spécialisés (+24%). Les magasins d’alimentation spécialisés locaux, tels que les boucheries, les boulangeries et les épiceries, ont également connu une hausse des paiements var voie électronique (+14%) et des montants dépensés (+12%).

"Préférence accrue" pour le commerce de proximité

Les Belges auraient donc bien "profité" du confinement pour dépenser plus et plus souvent dans des magasins d’alimentation de proximité, pour Charlotte De Montpellier, économiste chez ING : "On ne peut pas négliger que l’augmentation peut être simplement dû à l’augmentation du nombre de paiements électroniques dans ces commerces. Notre analyse ne tient pas compte des dépenses en cash."

Conséquence logique de l’invitation à délaisser les espèces au profit de l’électronique, le nombre de retraits d’argent a fortement baissé (-65%), tout comme les montants retirés (-54%), observe la banque.

"Il est donc possible qu’il y ait eu une substitution entre ces deux modes de paiements, pour des raisons d’hygiène. Et que la hausse soit un peu artificielle pour les commerces d’alimentation. Mais nous pensons quand même qu’il y a eu une préférence accrue pour le commerce de proximité, qui permet d’éviter de faire des grands déplacements – et les gens avaient le temps pour se rendre dans les petits commerces".


►►► À lire aussi : Coronavirus en Belgique : légère reprise de la consommation d’électricité après une baisse importante


Si les petits commerces semblent avoir été souvent visités, la vitrine en ligne des grands groupes n’a pas été oubliée puisque les Belges auraient dépensé des montants 85% plus élevés qu’il y a un an auprès des grandes sociétés de commerce en ligne, trois grands fournisseurs choisis par la banque – un résultat à nuancer, les données des achats en ligne sont techniquement difficiles à analyser.

Il y a bien eu du stockage

Le phénomène de stockage observé dans les grandes surfaces est démontré par les données analysées. Juste avant le confinement, entre le 9 et le 15 mars, les montants dépensés dans les supermarchés ont augmenté de 14% – pas le nombre de transactions – avant de chuter dès le début des mesures.

Un redémarrage lent de l’économie ?

Plus surprenant dans l’analyse publiée ce vendredi, le déconfinement progressif n’aurait pas donné lieu à une reprise massive de la consommation. "Et si la consommation prend beaucoup de temps à remonter, c’est le moteur d’économie belge qui reste affaibli très longtemps pendant l’année 2020", annonce Charlotte De Montpellier,

"Comment le voit-on ? Eh bien on observe que malgré une réouverture partielle fin avril, notamment des magasins de bricolage, il n’y a pas eu du tout de modifications dans le comportement de dépenses des Belges. Donc malgré le relâchement progressif des mesures, les Belges ne semblent pas décidés à réaugmenter la quantité de dépenses et le nombre de transactions qu’ils font. Et cela pourrait avoir des effets très importants sur l’économie belge."

 

Les grandes tendances de nos achats en supermarchés (JT du 08/05/2020)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK