Coronavirus : le Covid-19 pourrait coûter 252 milliards de dollars au transport aérien en 2020

Coronavirus: le Covid-19 pourrait coûter 252 milliards de dollars au transport aérien en 2020 (Iata)
Coronavirus: le Covid-19 pourrait coûter 252 milliards de dollars au transport aérien en 2020 (Iata) - © ARNE DEDERT - AFP

La crise du coronavirus devrait priver le secteur mondial du transport aérien de 252 milliards de dollars de revenus cette année, a prévenu mardi sa fédération, faisant plus que doubler une précédente estimation de 113 milliards.


►►► À lire aussi : Coronavirus dans le monde et en Europe : les chiffres de l’épidémie avec ces cartes mises à jour quotidiennement


"Il s'agit de la crise la plus profonde jamais traversée par notre industrie", a commenté le directeur général de l'association internationale du transport aérien (Iata), Alexandre de Juniac, au cours d'une conférence téléphonique, appelant les gouvernements à l'aide face à l'arrivée d'"une crise de liquidités".

Au début du mois de mars, l'organisation avait évoqué une perte de revenus de 113 milliards de dollars mais avait déjà fait savoir la semaine dernière que cette estimation était dépassée.

L'IATA recense déjà plus d'un million de vols annulés dans le monde au cours du premier semestre 2020. En Europe et au Moyen-Orient, par exemple, les offres en la matière au cours du deuxième trimestre devraient être inférieures de 90% à la normale. Pour l'ensemble de l'année 2020, l'IATA prévoit une diminution de près de 40% des vols dans le monde.

Le trafic aérien en Europe est en baisse constante 

Le contrôleur aérien européen Eurocontrol n'a ainsi escorté que 6.837 vols dans son espace aérien lundi, soit moins d'un quart du nombre de vols effectués le même jour l'année dernière.La baisse a été de 75,9%, a indiqué mardi le patron d'Eurocontrol Eamonn Brennan sur le site de microblogging Twitter.

L'écart avec l'année dernière se creuse de plus en plus. Début mars, la différence n'était que d'1%. Depuis le 18 mars, le nombre de vols contrôlés par Eurocontrol est plus de deux fois moins élevé que lors d'une journée comparable en 2019. La baisse est entièrement due au recul des avions transportant des passagers. Le nombre de vols de fret au cours des derniers jours est par contre presque au même niveau qu'il y a un an, a ajouté Eamonn Brennan dans un autre tweet.

L'aviation civile est l'un des secteurs les plus touchés par l'apparition du nouveau coronavirus. De nombreux pays ont imposé des restrictions de voyage et des interdictions de vol, ce qui a entraîné une diminution considérable du nombre de liaisons et une baisse significative de la demande de billets.

 

Reportage à l'aéroport de Charleroi, ce mardi 24 mars

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK