Coronavirus : l'Italie en récession après une chute de 12,4% de son PIB au 2e trimestre

Coronavirus – L’Italie en récession après une chute de 12,4% de son PIB au 2e trimestre
Coronavirus – L’Italie en récession après une chute de 12,4% de son PIB au 2e trimestre - © Stadtratte - Getty Images/iStockphoto

L’Italie a enregistré une chute de 12,4% de son Produit intérieur brut (PIB) au deuxième trimestre par rapport au précédent en raison de la pandémie de coronavirus, entrant ainsi en récession, a affirmé vendredi l’Istat.

Avec cette chute "sans précédent" qui fait suite à un recul de 5,4% au premier trimestre, le PIB italien "enregistre sa valeur la plus basse depuis le premier trimestre 1995", a souligné l’Institut national des statistiques dans un communiqué. Comparé au deuxième trimestre 2019, le plongeon de la troisième économie de la zone euro est encore plus vertigineux, à -17,3%. Sur les six premiers mois de l’année, la baisse atteint 14,3%.

L’Italie, premier pays touché en Europe par l’épidémie, a imposé de strictes mesures de confinement en mars et avril, paralysant une grande partie de son activité économique.


►►► À lire aussi : Le PIB belge recule de 12,2% au deuxième trimestre


La péninsule devrait subir cette année sa pire récession depuis la Seconde Guerre mondiale, avec un plongeon du PIB estimé, selon les experts et les scénarios, entre 8 et 14%. "Les principales économies enregistrent des réductions d’une portée analogue en raison de la propagation de la pandémie", a rappelé l’Istat.

Les Etats-Unis ont vu leur PIB chuter de 32,9% au deuxième trimestre par rapport au précédent, l’Espagne de 18,5%, le Mexique de 17,3%, la France de 13,8% et l’Allemagne de 10,7%.

Pour soutenir la reprise économique, le gouvernement italien va engager des dépenses supplémentaires de 25 milliards d’euros au titre du budget 2020, portant le déficit public à 11,9% du PIB, le plus élevé de la zone euro.

Annoncée au lendemain de l’accord historique conclu par l’UE sur un plan de relance post-coronavirus et dont l’Italie est un des principaux bénéficiaires, cette rallonge budgétaire va creuser la dette italienne à 157,6% du PIB. "Le gouvernement juge de la plus grande importance, dans les circonstances actuelles, de continuer à assurer le soutien au système productif et au pouvoir d’achat des citoyens, de soutenir la reprise et d’intervenir quand c’est nécessaire pour préserver l’emploi", a-t-il indiqué.

Sites touristiques déserts en Italie, sujet du JT du 22 avril dernier

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK