Coronavirus et crise économique : la descente aux enfers du marché européen de l'automobile

Usine Volkswagen au Portugal.
Usine Volkswagen au Portugal. - © CARLOS COSTA - AFP

Le marché automobile européen a poursuivi sa descente aux enfers en avril, s’écroulant de 76,3% sur un an, affecté par la fermeture des concessionnaires à cause du coronavirus dans de nombreux pays, selon des chiffres publiés ce mardi par les professionnels du secteur.

Les immatriculations de voitures neuves avaient déjà chuté de 55,1% en mars.

Le mois d’avril est le seul mois complet sous le régime du confinement. Le nombre de voitures vendues sur le marché européen s’est ainsi écroulé à 270.682 unités, contre 1.143.046 unités en avril 2019.

Les plus gros chocs en Italie et en Espagne

Tous les marchés européens ont souffert de reculs à deux chiffres des ventes mais ce sont l’Italie et l’Espagne qui encaissent l’effondrement le plus important avec des chutes de respectivement 97,6% et 96,5%. Les ventes de voitures neuves ont reculé de 61,1% en Allemagne et de 88,8% en France.


►►► Lire aussi : crise du coronavirus : une vague de faillites attendues en Belgique. Quelles entreprises sont le plus à risque ?


La Belgique n’a pas échappé à la tendance : avec 5296 nouvelles immatriculations par rapport à 53.498 en avril 2019, le marché s’est effondré de 90,1%.


►►► Retrouvez tout notre dossier sur le coronavirus


Particulièrement touchés, les constructeurs français ont reculé plus que la moyenne en avril : les livraisons du groupe Renault (avec Dacia, Lada et Alpine) ont baissé de 79% sur le mois et celles de PSA (Peugeot, Citroën, Opel/Vauxhall, DS) de 81,2%, a annoncé l’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA) dans un communiqué.

Le bon moment pour acheter une voiture? (reportage du JT du 19 mai)