Coronavirus et crise économique : la descente aux enfers du marché européen de l'automobile

Le marché automobile européen a poursuivi sa descente aux enfers en avril, s’écroulant de 76,3% sur un an, affecté par la fermeture des concessionnaires à cause du coronavirus dans de nombreux pays, selon des chiffres publiés ce mardi par les professionnels du secteur.

Les immatriculations de voitures neuves avaient déjà chuté de 55,1% en mars.

Le mois d’avril est le seul mois complet sous le régime du confinement. Le nombre de voitures vendues sur le marché européen s’est ainsi écroulé à 270.682 unités, contre 1.143.046 unités en avril 2019.

Les plus gros chocs en Italie et en Espagne

Tous les marchés européens ont souffert de reculs à deux chiffres des ventes mais ce sont l’Italie et l’Espagne qui encaissent l’effondrement le plus important avec des chutes de respectivement 97,6% et 96,5%. Les ventes de voitures neuves ont reculé de 61,1% en Allemagne et de 88,8% en France.


►►► Lire aussi : crise du coronavirus : une vague de faillites attendues en Belgique. Quelles entreprises sont le plus à risque ?


La Belgique n’a pas échappé à la tendance : avec 5296 nouvelles immatriculations par rapport à 53.498 en avril 2019, le marché s’est effondré de 90,1%.


►►► Retrouvez tout notre dossier sur le coronavirus


Particulièrement touchés, les constructeurs français ont reculé plus que la moyenne en avril : les livraisons du groupe Renault (avec Dacia, Lada et Alpine) ont baissé de 79% sur le mois et celles de PSA (Peugeot, Citroën, Opel/Vauxhall, DS) de 81,2%, a annoncé l’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA) dans un communiqué.

Le bon moment pour acheter une voiture? (reportage du JT du 19 mai)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK