Coronavirus et aviation : les pilotes belges redemandent à Ryanair de négocier de bonne foi

Coronavirus et aviation : les pilotes belges redemandent à Ryanair de négocier de bonne foi
Coronavirus et aviation : les pilotes belges redemandent à Ryanair de négocier de bonne foi - © HELMUT FOHRINGER - AFP

Les pilotes belges appellent une dernière fois le patron de Ryanair à négocier de bonne foi, selon un communiqué de la Belgian cockpit association (BeCA) publié mercredi.

Tout comme d’autres compagnies aériennes, Ryanair a connu un début d’année très difficile en raison de la crise du coronavirus. La direction belge de la compagnie a proposé aux pilotes et au personnel de cabine une réduction de salaire de 20 et 10%, respectivement. Sans cela, l’emploi d’une quarantaine de pilotes et d’une trentaine de stewards pourrait passer à la trappe.

Si les pilotes sont prêts à accepter la demande de Ryanair de réduire leur salaire durant les quatre prochaines années et d’augmenter leur flexibilité, ils émettent toutefois trois conditions ; un compromis que Ryanair refuse.

Ils demandent que les problèmes de paiement du chômage causés par les "erreurs" des services administratifs de Ryanair depuis trois mois soient définitivement réglés, y compris les arriérés. Ils exigent également que le principe de l’indexation annuelle soit maintenu au travers de la crise et que les efforts salariaux du personnel soient suspendus si l’entreprise décide de redistribuer les profits à ses actionnaires d’une quelconque manière.

La BeCA appelle enfin les autorités belges "à prendre leurs responsabilités et à mettre fin au 'Far West social' sciemment entretenu par Ryanair".

Michael O'Leary, le patron de Ryanair, répondait aux questions de l'équipe d"On n'est pas des pigeons" du 27 mai dernier:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK