Coronavirus en Inde : après deux mois, les vols intérieurs reprendront le 25 mai

Coronavirus en Inde : après deux mois, les vols intérieurs reprendront le 25 mai
Coronavirus en Inde : après deux mois, les vols intérieurs reprendront le 25 mai - © MONEY SHARMA - AFP

Les vols intérieurs vont reprendre progressivement à partir du 25 mai en Inde, après deux mois d’interdiction en raison du confinement national décrété contre la pandémie de coronavirus, a annoncé mercredi le ministre de l’Aviation indien.

"Les opérations d’aviation civile intérieure recommenceront de manière graduée à partir du lundi 25 mai 2020. Tous les aéroports et transporteurs sont en train d’être informés pour être prêts", a tweeté Hardeep Singh Puri.

Sur un marché aérien indien en pleine croissance ces dernières années, les vols intérieurs ont transporté 144 millions de passagers en 2019. Les avions ont été cloués au sol fin mars pour limiter les risques de propagation du nouveau coronavirus dans le pays de 1,3 milliard d’habitants.

Le gouvernement du Premier ministre Narendra Modi n’a donné aucune indication quant à un éventuel calendrier de reprise des vols internationaux au départ et à destination de l’Inde, dont les frontières sont fermées.


►►► À lire aussi : Après deux mois de confinement, New Delhi et ses millions d’habitants respirent enfin


Cette reprise des vols intérieurs interviendra exactement deux mois après l’entrée en vigueur d’un confinement national. Celui-ci est en place jusqu’à la fin du mois, mais est progressivement assoupli depuis début mai.

Alors que tous les moyens de transport publics étaient à l’arrêt à travers le pays d’Asie du Sud, ceux-ci reprennent progressivement.

Les taxis et rickshaws ont retrouvé le droit de circuler dans la majeure partie du pays. Le gigantesque réseau ferroviaire, qui transporte normalement 20 millions de passagers par jour, a repris un service très limité.

L’Inde a annoncé mercredi sa plus importante hausse quotidienne de cas officiels de Covid-19, avec 5611 nouveaux patients diagnostiqués en 24 heures. Le pays a recensé à ce stade 3303 morts, un chiffre possiblement sous-estimé en raison du faible dépistage des malades.