Coronavirus en Belgique : action symbolique des centres de fitness qui trépignent de rouvrir

Gym Goes Virtual to Adapt to Coronavirus Pandemic
Gym Goes Virtual to Adapt to Coronavirus Pandemic - © AL BELLO - AFP

Un total de 128 centres de fitness ont participé dimanche à une action symbolique pour rappeler qu'ils n'ont toujours pas pu rouvrir leurs portes, en raison des mesures sanitaires. Le secteur estime qu'une réouverture des centres de fitness ne comporterait que peu de risques sanitaires (même si les études et statistiques ne permettent pas de tirer de telle conclusion) et met en garde contre "une autre sorte de pandémie", celle de l'inactivité physique. Quatre personnes maximum à chaque fois, trois personnes accompagnées d'un coach, s'adonnaient donc à des activités physiques en plein air avec un objectif : atteindre d'ici 22h un total de 10.000 kilomètres.

Cette distance renvoie au nombre de vies qui seraient menacées par le manque d'activité physique.

En raison des mesures "corona" en vigueur, plus de 1.000 clubs de fitness sont toujours fermés en Belgique à l'heure actuelle. "Sport et fitness sont pourtant très importants aussi bien pour la santé physique que pour la santé mentale", souligne-t-on du côté des centres. Outre une réouverture rapide, le secteur demande également aux autorités d'encourager à l'avenir la population à pratiquer plus de sport.

L'action symbolique des centres de fitness se poursuit jusqu'à dimanche soir. Vers 14h, plus de 3.000 km avaient déjà été parcourus sur des tapis de course placés devant les centres participants.

Quel risque de contamination en salle de fitness ?

Ceux-ci veulent rouvrir aussi vite que possible et rappellent les mesures strictes qui avaient été prises lors du premier déconfinement. Bart Colombie, de l'European Fitness Academy, avance que cette réouverture n'avait entraîné que très peu de contaminations. Il est pourtant très difficile de connaître la participation des salles de fitness à la transmission du coronavirus, vu la difficulté de récolte des données et de retraçage des contacts dans de tels environnements. De nombreuses salles de fitness mettent en avant un nombre minime de contaminations rapportées parmi leurs membres, notamment via une étude réalisée par Europe Active, association européenne de fitness et de pratiques sportives. Cette étude reprend des chiffres dans 14 pays européens, mais se base sur des contaminations reportées de manière volontaire, et non systématique. Vu qu'il n'y a aucune obligation légale de prévenir sa salle de fitness en cas de contamination, ces chiffres sont donc naturellement biaisés.

Selon un article des Décodeurs du monde d'octobre 2020, le risque de contamination dans les salles de fitness est considéré comme élevé, vu la situation en intérieur, la proximité, le brassage de l'air, la transpiration et la respiration rapide due à l'exercice sportif. Lors de la sortie de confinement du printemps, les salles de fitness avaient mis en place des mesures particulières réduisant ces risques : prise de rendez-vous, désinfection des machines entre chaque passage, port du masque lors des déplacements, entre autres.

Un article de la revue scientifique Nature, paru en novembre 2020, a lui établi que les cafés, restaurants, hôtels et salles de fitness restaient des lieux importants de mobilité du virus, sur base de modélisations mathématiques et considérant l'effet des super-contaminateurs.

Il est donc encore difficile de connaître le véritable rôle des salles de fitness dans la transmission du virus au sein de la population.
 

Sujet sur les salles de sport: JT 30/01/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK