Coronavirus : début de la phase finale pour le vaccin CureVac, notamment en Belgique

Un des 2000 volontaires belges a reçu son injection de CureVac à Bruxelles
2 images
Un des 2000 volontaires belges a reçu son injection de CureVac à Bruxelles - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

Les services de santé au travail Mensura et Cohezio, sous la supervision de l’hôpital universitaire d’Anvers, ont commencé ce mardi la troisième et dernière phase de tests du vaccin anti-Covid-19 développé par la société bio pharmaceutique allemande CureVac. En tout, environ 32.000 personnes seront testées pour cette phase finale dans 6 pays : l’Argentine, le Pérou, l’Espagne, la France, les Pays-Bas et la Belgique.

Nombreux volontaires

Chez nous, 2000 volontaires participent à cette étude qui vise à vérifier la sécurité et l’efficacité du vaccin. "Nous n’avons eu aucune difficulté à trouver des bénévoles. Mensura a, en effet, de nombreux contacts avec des entreprises et des employeurs", explique Dr Kristel Knopps, médecin du travail chez Mensura qui s’occupera de la moitié des volontaires belges. Plusieurs personnes sont d'ailleurs sur liste d'attente.

"Nous vaccinerons, suivrons les participants et récolterons toutes les données. Mais il reviendra à CureVac de décider quand le vaccin pourra être mis en circulation. Au mois de mai, il devrait normalement y avoir assez de résultats pour pouvoir demander la commercialisation du vaccin", précise-t-elle.

Vaccin ou placebo

Dans les bureaux bruxellois, une trentaine de patients seront reçus chaque jour. Certains ont reçu une première injection ce mardi. Ils ont une chance sur deux de recevoir le vaccin puisque lors de cette phase de test, 50% des volontaires recevront un placebo.

"Ils ne le sauront qu’à la fin de l’étude, explique Gretel Schrijvers, Directrice Générale de Mensura. Ceux qui auront reçu un placebo auront droit gratuitement à un vrai vaccin après la fin de l’étude". Si ces personnes doivent se faire vacciner lors de la campagne belge avant la fin de l’étude, CureVac devrait pouvoir les informer à temps.

Les volontaires seront également suivis à distance. "Nous les appellerons régulièrement et ils disposeront aussi d’une application mobile dans laquelle ils pourront signaler d’éventuels effets secondaires", indique Dr Knops. L’année suivante, ils seront suivis par CureVac. La recherche aura lieu jusqu’en février 2022 chez Mensura.

Recrutement de personnel

Pour cette participation exceptionnelle, Mensura a engagé une vingtaine de personnes : médecins, infirmières et gestionnaires de données. De son côté, la firme allemande fournit tout le matériel nécessaire : "Des congélateurs pour conserver les vaccins à -80 °C, les seringues, le matériel de protection ou encore de prise de sang", précise Gretel Schrijvers.

L’Agence européenne des médicaments (EMA) a débuté à la mi-février un "examen continu" du vaccin allemand contre le Covid-19, premier pas vers une demande d’autorisation formelle de mise sur le marché dans l’Union européenne.

De son côté, le gouvernement belge a déjà commandé 2,9 millions de doses du vaccin.

Sur le même sujet: JT 03/02/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK